DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Infanticide: "J'avais conscience d'être enceinte"

Vous lisez:

Infanticide: "J'avais conscience d'être enceinte"

Taille du texte Aa Aa

Il s’agit peut-être de la plus grave affaire d’infanticide jamais connue en france.

Huits cadavres de nouveaux-nés ont été retrouvés dans un village près de Douai.

La mère de ces bébés a reconnu avoir accouché seule entre 1990 et 2007 après la naissance de deux filles qui sont, elles, vivantes aujourd’hui.

“J’avais conscience d‘être enceinte” a reconnu cette aide soignante de 47 ans, “mais je ne voulais plus d’enfants”.

“La mère, Mme Cottrez, a reconnu avoir volontairement étouffé les nouveaux-nés à la naissance. Elle explique qu’elle ne voulait plus d’enfants et qu’elle ne voulait pas voir de médecin pour employer un moyen de contraception.
Monsieur Cottrez, lui, le ciel lui tombe sur la tête. C’est ce qu’il nous indique. Il nous indique qu’il n‘était pas du tout au courant que sa femme était enceinte et qu’il n’avait pas connaissance non plus, dit-il, que sa femme se débarrassait des nouveaux-nés à la naissance”, a expliqué Eric Vaillant, le procureur de Douai.

L’affaire éclate le week-end dernier, lorsque les propriétaires de l’ancienne maison du couple creusent un trou dans le jardin pour planter un arbre. Ils découvrent alors les deux premiers cadavres.

Dans le petit village de Villers-au-Tertre – seulement 700 habitants – C’est l’incompréhension. Dominique Cottrez était timide et discrète, explique-t-on.

Mise en examen et écrouée ce jeudi, elle devra en tous cas répondre d’“homicide volontaire de mineurs de moins de 15 ans”.

Elle risque la réclusion à perpétuité.