DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou asphyxiée par les fumées toxiques des incendies

Vous lisez:

Moscou asphyxiée par les fumées toxiques des incendies

Taille du texte Aa Aa

A Moscou, ce sont 10 millions d’habitants qui se retrouvent pris au piège. Entre chaleur caniculaire et fumées toxiques provoquées par les feus de tourbière, les Moscovites sont assiégés. Et les autorités sanitaires extrêmement préoccupées. Le taux de mortalité aurait doublé dans la capitale russe. Certains scientifiques parlent de 1.000 morts de plus que la normale chaque jour. Le plus grave c’est qu’il n’y a pas de solution miracle.

Un Moscovite explique que pour lui la solution a été de prendre une chambre dans un hôtel moderne climatisé. “Il fait 18 degrés à l’intérieur”, dit-il. Un autre met en avant le système D: “On place des linges humides en bas des portes et des fenêtres, mais la meilleure solution c’est de partir, dans une datcha, n’importe où, mais loin”.

Partir, c’est également la solution recommandée par les autorités sanitaires, car il n’y a rien à faire contre cet air chargé en micro-particules nocives à des taux trois à six fois supérieurs aux seuils d’alerte. Partir, aussi, parce que l’accalmie n’est pas pour tout de suite. Selon le directeur des services météorologiques, la situation devrait empirer dès mardi, même si la température doit légèrement diminuer mercredi. Selon lui, la Russie subit depuis le début du mois de juillet la pire canicule des mille dernières années, ou en tout cas la pire depuis qu’ils ont commencé à enregistrer les données météorologique, voilà 130 ans.