DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pakistan: les humanitaires craignent une vague meurtrière de maladies hydriques

Vous lisez:

Pakistan: les humanitaires craignent une vague meurtrière de maladies hydriques

Taille du texte Aa Aa

Les agences humanitaires tirent la sonnette d’alarme : elles craignent que le Pakistan, meurtri par les inondations, ne soit frappée par une seconde vague meurtrière, liée cette fois aux maladies hydriques.

Les cas de diarrhées sont en augmentation. Au moins 96 centres de santé ont été endommagés à travers le pays alors que les organisations humanitaires font face à des problèmes logistiques. 20 millions de personnes ont été touchées par cette catastrophe selon Islamabad.

“Ce n’est pas que l’accès à l’eau potable est limité, c’est qu’il n’y a en fait pas d’eau potable du tout, s’inquiète Pascal Cuttat, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge. Et si nous n’arrivons pas à régler ce problème très vite, alors le nombre de personnes qui vont mourir à cause de ce désastre va augmenter de façon considérable. Des enfants meurent en ce moment”.

A Sukkur dans le sud du Pakistan, les écoles ou les mosquées servent d’abri pour les sinistrés.
Dans un de ses abris, une femme déplore les conditions de vie et d’hygiène. “Nous n’avons pas d’eau potable ici. L’endroit est très sale. Les moustiques ne nous laissent pas dormir. L‘électricité est coupée pendant des heures”.

Des chiffres annoncés par la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, viennent encore assombrir ce tableau: en deux semaines, les inondations ont endommagé environ 700 000 hectares de cultures agricoles, essentiellement du riz, du maïs, du coton et de la canne à sucre.

Avec AFP