DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une banque végétale unique menacée en Russie

Vous lisez:

Une banque végétale unique menacée en Russie

Taille du texte Aa Aa

Des centaines de variétés de prunes ou de pommes menacées en Russie. La station de Pavlovsk, près de Saint-Petersbourg l’une des plus anciennes banques végétales au monde pourrait disparaître pour laisser place à un complexe immobilier. Un tribunal a donné son feu vert à l’Etat pour vendre le terrain, signant l’arrêt de mort de 320 000 échantillons de plantes.

“Ce site est unique et il n’y a pas d’endroit dans les alentours où nous pourrions délocaliser ces plantes, à moins de vouloir tuer la collection”, estime Fyodor Mikhovich, le directeur.

Une collection unique créée par Nikolai Vavilov en 1926, car ici les plantes sont conservées en terre.
Ce n’est pas la première fois qu’elle est menacée : pendant le siège de Leningrad, 12 scientifiques russes l’avait défendue, préférant mourir de faim plutôt que d’en manger les fruits.

“Si les génotypes sont détruits, la sécurité alimentaire de la Russie sera affaiblie et ce ne sera pas seulement préjudiciable pour le pays mais aussi pour le monde entier parce que toutes ces plantes sont référencées dans la base de données internationale”, explique Leonid Burmistrov, l’un des scientifiques de la station expérimentale.

D’autant que 90% de ces plantes ne sont conservées nulle part ailleurs. L’institut a donc fait appel de la décision, son sort est désormais entre les mains de l’exécutif. Répondant à une large campagne de mobilisation sur Internet, Dmitri Medvedev a demandé l’ouverture d’une enquête.