DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il faut réformer le Giec au sommet (audit)

Vous lisez:

Il faut réformer le Giec au sommet (audit)

Taille du texte Aa Aa

Un rapport commandé par l’ONU appelle une réforme en profondeur du Giec. Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l‘évolution du climat est sur la sellette depuis qu’il a reconnu, en janvier, plusieurs erreurs dans son étude de 2007. Pour le Conseil inter-académique chargé de l’audit, c’est au sommet que des changement s’imposent.

“Le rapport que nous publions aujourd’hui recommande des réformes fondamentales de la structure de la direction du Giec, a déclaré son président, Robbert Dijkgraaf. Le Giec a besoin de renforcer ses procédures pour faire face à des évaluations climatiques de plus en plus complexes.”

L’actuel président du Giec, mandaté pour douze ans, a réagi à ce rapport en défendant la qualité du travail de ses experts.

“Tandis que le rapport du conseil inter-académique s’est limité aux procédures du Giec, plusieurs des six autres rapports se sont penchés directement sur les signes du réchauffement climatique, a fait remarquer Rajendra Pachauri. Aucune de ces études n’a trouvé de faille pour ce qui est des signes fondamentaux du réchauffement climatique. Le consensus est écrasant à travers la communauté scientifique : le réchauffement climatique est réel.”

Dans son rapport de 2007 sur l‘évolution du climat, le Giec avait affirmé que les glaciers de l’Himalaya pourraient disparaître d’ici 2035 voire avant. Il affirmait aussi que 55% des Pays-Bas se trouvaient sous le niveau de la mer, au lieu des 26% avancés par le gouvernement néerlandais. Sa prochaine étude sera publiée au plus tard en 2014.