DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : 7 ans après la chute de Saddam, quel bilan pour les forces américaines ?

Vous lisez:

Irak : 7 ans après la chute de Saddam, quel bilan pour les forces américaines ?

Taille du texte Aa Aa

“Des décennies de mensonges et de cruauté sont arrivée à leur terme. Saddam Hussein et ses fils doivent quitter l’Irak dans les 48 heures, leur refus d’obtempérer entraînera une action militaire que nous engagerons au moment que nous choisirons… “

Le monde était-il meilleur ou pire il y a 7 ans?
Avec cet ultimatum en tous cas, George Bush voulait croire et faire croire qu’une intervention en Irak le rendrait meilleur. Trois jours plus tard, l’opération “Shock and awe” débute, sensée renverser le régime de Saddam et liquider les armes de destruction massive.

Parallèlement aux bombardements, 100 000 soldats débarquent dans le pays, américains et britanniques sous commandement américain. Ce sont les premiers d’une longue série. Dès les premiers jours, les combats font rage avec très vite comme résultat : la chute du régime de Saddam Hussein.

L’Irak “libérée” bascule pourtant dans la guerre civile et les Marines sont coincés là-bas.

Au départ, 330 000 hommes font partie de la coalition, américains pour la plus grosse partie . Avec l’arrivée de Barack Obama en janvier 2009, ils ne sont même plus la moitié, et il n’en restera donc que 49 700 jusqu’en 2011.

Quel bilan tirer de cette opération qui se voulait une libération, et qui a tourné au fil des ans à une occupation mal perçue, sur place, aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Une présence impopulaire et contestée. Jamais aucune arme de destruction massive n’a été trouvée en Irak, pourtant principale justification de l’intervention, le terrorisme n’a pas été affecté, le pays est dans l’impasse et les pertes sont lourdes.

Près de 5 000 soldats de la coalition ont perdu la vie là bas, dont une écrasante majorité d’américains. Ils sont aussi près de 32 000 à y avoir été blessés. Alors qu’environ 100 000 civils irakiens sont morts dans des attentats et affrontements durant cette période.

En 2004, lors des présidentielles aux Etats-Unis, les effets de la guerre sont encore suffisamment positifs pour permettre à Georges Bush d‘être réélu. Mais 4 ans plus tard, le bilan a changé la donne. Une majorité d’américains ne comprend pas cette guerre et la présence de leurs troupes là bas.

Dans le monde, et notamment en Europe, l’image de l’Amérique est fortement écornée et le régime de Bush conspué… A l’image de l’Amérique va-t-en guerre, l’opinion publique préfère celle de ces GI’s qui plient bagages et rentrent enfin chez eux.