DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Belgique : Elio Di Rupo a failli jeter l'éponge

Vous lisez:

Belgique : Elio Di Rupo a failli jeter l'éponge

Taille du texte Aa Aa

Toujours pas de gouvernement à la tête de la Belgique, et les négociations ont frôlé l‘échec total.
Le chef des socialistes francophones Elio Di Rupo a voulu démissionner près de deux mois après le début des pourparlers pour former la coalition gouvernementale.
 
Mais le roi a refusé sa démission. Après trois heures de discussions, Elio Di Rupo a accepté de continuer.
 
Il a ensuite invité tous les partis à redémarrer les discussions sur de nouvelles bases. Il propose de chercher de nouvelles règles de répartition de l’argent entre l’Etat fédéral, les régions et les communautés linguistiques. Car c’est l’un des points de divergence entre les partis flamands et francophones qui rend impossible l’aboutissement de la formation du nouveau gouvernement.

La nouvelle alliance flamande, parti indépendantiste de Bart De Wever ne veut pas d’une augmentation des moyens financiers de Bruxelles-capitale, habité à 90% par des francophones. Les partis flamands veulent aussi depuis des années la scission de l’arrondissement bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Les socialistes francophones accepteraient cette scission en échange d’une augmentation du budget de Bruxelles.

Ce serait un sacrifice pour des milliers de francophones vivant dans la banlieue flamande de la capitale qui perdraient notamment le droit de voter pour des candidats de leur communauté linguistique aux législatives.