DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pendant la décrue, les Pakistanais retournent sur les lieux du sinistre

Vous lisez:

Pendant la décrue, les Pakistanais retournent sur les lieux du sinistre

Taille du texte Aa Aa

Ils regagnent leur lieu d’habitation par centaines de milliers depuis que les eaux ont commencé à se retirer dans le centre et le nord du Pakistan. Mais quelle vie peuvent-ils espérer désormais ? Beaucoup n’ont maintenant plus de maison. Les écoles, les ponts, les routes sont à reconstruire. Une grande partie des surfaces cultivées, essentielles à l‘économie du pays, ont été dévastées. Les maladies se propagent et touchent en premier lieu femmes et enfants.

Si les pluies diluviennes ont cessé depuis le 17 août, la vallée de l’Indus, dans la région méridionale du Sind reste largement sous les eaux.

“A quoi voulez-vous que je pense ? demande un homme. Comment vais-je pouvoir survivre ? C’est tout ce à quoi je peux penser. Plus de champs, plus de récoltes, plus de travail. Tout est fini. Je n’ai plus de projets car tout a été détruit par les inondations. Je me dis simplement que Dieu nous a sauvés et qu’il pourvoira.”

Les plus chanceux bénéficient de l’aide médicale et des vivres fournis par l’armée pakistanaise, l’ONU ou les ONG. Les Etats-Unis ont promis samedi 18 hélicoptères supplémentaires pour acheminer l’aide.

On compte toujours 1.600 morts mais le bilan final devrait être beaucoup plus lourd.