DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a 30 ans, Solidarnosc faisait souffler le vent de la liberté à l'Est

Vous lisez:

Il y a 30 ans, Solidarnosc faisait souffler le vent de la liberté à l'Est

Taille du texte Aa Aa

La Pologne célèbre aujourd’hui les 30 ans de Solidarnosc, le syndicat qui allait faire vaciller le bloc soviétique. Une grande fête est prévue ce soir à Gdansk, point d’orgue d’une série de célébrations.

Mais Lech Walesa, le chef historique du syndicat, a décidé de bouder la cérémonie officielle de ce soir. Il estime que le syndicat ne devrait plus faire de politique, comme par le passé lorsqu’il luttait pour la démocratie, mais se consacrer entièrement à l’action syndicale. Lech Walesa ne se reconnait plus dans ce syndicat qui a soutenu le candidat conservateur Jaroslav Kaczynski aux dernières élections. Il n’en reste pas moins ému lorsqu’il voit le chemin parcouru : “Si quelqu’un m’avait dit que je connaitrais un jour une époque sans communistes ni soviétiques en Pologne, que la Pologne deviendrait un pays souverain et indépendant… Je n’aurais jamais cru que cela soit possible…”

Ce 31 août 1980, le vice-Premier ministre polonais signe un accord avec Lech Walesa, autorisant les syndicats indépendants. Tout a commencé 15 jours plus tôt, par une grève des ouvriers des chantiers navals de Gdansk : ils protestent contre la hausse des prix et le licenciement pour activité d’opposition de l’une de leurs collègues.

L‘électricien de Gdansk prend la tête d’un mouvement qui va s‘étendre à tout le pays. Solidarnosc regroupe rapidement 10 millions de salariés sur les 13 millions que compte la Pologne. Il prend vite une dimension politique avec l’arrivée sur les chantiers d’intellectuels dissidents : Solidarnosc va s’atteler au démantèlement du monopole du parti communiste polonais.

Mais en décembre 1981, le général Jaruszelski impose la loi martiale. Les responsables de Solidarnosc sont emprisonnés, et le syndicat devient clandestin.

En 1989, Solidarnosc, à nouveau légalisé, remporte les élections législatives, et le souffle de la liberté en Pologne fait tomber le mur de Berlin.