DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le retour à la maison souvent difficile pour les soldats américains

Vous lisez:

Le retour à la maison souvent difficile pour les soldats américains

Taille du texte Aa Aa

Samedi après-midi, Heather Shoaf attendait avec impatience le retour de son mari d’Irak. Heureuse, elle nous annonce qu’il vient d’atterrir dans le Maine.

Anna Bressanin, euronews : “Pensez vous qu’il sera différent?”
“Je pense qu’ils vont tous revenir changés. Sera-t-il différent? Je le saurais dans quelques heures”, plaisante Heather.

Heather et ses deux petites filles Maddie et Taylor vivent sur la base militaire de Fort Bliss au Texas.
“Je ne peux pas ramener leur père du travail”, explique Heather, “je ne peux améliorer la situation. Je ne peux pas les laisser lui parler tout le temps”.

Et puis il y a toutes ces petites choses du quotidien. Il n’est pas là pour les vivre.”

“Mais on le savait. Cela fait partie de son travail, et c’est pourquoi mes filles pensent que leur père est un super-héros. Si vous leur demandez ce qu’il fait, elles vous répondront : papa est un super-héros !”

L’unité de Mark, le mari de Heather, est l’une des dernières à être rentrée d’Irak.

Anna Bressanin, euronews : “Mark, qu’est ce qui vous a le plus manqué là-bas, si loin ?”

“Principalement ma femme et mes filles”, répond le soldat. “Elles ont 3 et 4 ans, Elles grandissent vite. C’est dur de vivre ça par vidéo interposée…”

L’unité de Mark n’a pas subi de trop grosses pertes. Quelques uns ont été blessés, deux ont été tués.
Mais quelques fois revenir est aussi dur que d‘être déployé. Les dépressions et le stress post-traumatique sont fréquents parmi les vétérans. Le département de la Défense et le Bureau des Vétérans publient régulièrement des rapports alarmants sur les suicides de soldats.

Depuis 2007, cette tendance est singulièrement à la hausse. Un peu moins d’une centaine de vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan se sont suicidés l’année dernière. Et il ne s’agit là que de cas reconnus. Une aide psychologique et spirituelle est offerte aux soldats à leur arrivée.

“Il y une période de tâtonnement quand ils reviennent. Ils ne savent pas à quoi s’attendre”, explique le psychologue Steve Roumelle.

“Ils ont été éloignés si longtemps, de leurs femmes ou de leurs maris, et il y aussi le traumatisme de la guerre. Donc il faut leur donner du temps. Une période pour récupérer”, poursuit le prêtre Harrison Johnson.

La guerre est terminée pour Mark Shoaf. La plupart des soldats américains ont été mis en retrait des zones de combats bien avant la date limite symbolique du 31 août.

Quelque 4.400 soldats ont péri dans la guerre en Irak. Plus de 30.000 ont été blessés.

Anna Bressanin : “1.300 soldats de Fort Bliss sont encore en Irak. A partir du 1er Septembre leur mission change de nom, “A New Dawn”, c’est-à-dire une nouvelle aurore. Ils ne combattront plus, ils auront en charge la formation des soldats irakiens. Mais ce que va apporter cette nouvelle aube est dur à définir.”