DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le général Morillon conspué à Srebrenica demande pardon aux familles des victimes

Vous lisez:

Le général Morillon conspué à Srebrenica demande pardon aux familles des victimes

Taille du texte Aa Aa

Pour sa première visite dans la ville depuis 15 ans, l’ex-commandant des forces de l’Onu en Bosnie a été pris à partie par des femmes. Elles l’ont accusé de complicité dans le massacre menées par les forces bosno-serbes.

Philippe Morillon aujourd’hui en retraite s’est défendu : “J’aurai fait évacuer cette population, je l’aurai fait évacuer, je ne pouvais pas le faire car j’aurai été perçu comme le contributeur à la politique de purification ethnique. Et parce que Sarajevo ne le voulait”.

Le général Morillon a dirigé la Force de protection des Nations Unies en Bosnie de 92 à 93, période durant laquelle Srebrenica fut décrétée zone protégée de l’Onu.

En 1993, des habitants de la ville l’avaient empêché de quitter Srebrenica pendant deux jours alors qu’il visitait les lieux. Il leur avait déclaré qu’il “ne les abandonnerait jamais”.

En juillet 95, l’enclave tombait pourtant entre les mains des troupes bosno-serbes de Ratko Mladic, toujours recherché par la justice internationale.

Dans les jours qui suivirent, les femmes et les enfants furent envoyés en dehors de Srebrenica pendant que 8000 hommes et adolescents musulmans furent sommairement exécutés.

Ce massacre, le pire depuis la seconde guerre mondiale a été qualifié de génocide par le Tribunal Pénal International.