DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Espagne sceptique au lendemain du cessez-le-feu de l'ETA

Vous lisez:

L'Espagne sceptique au lendemain du cessez-le-feu de l'ETA

Taille du texte Aa Aa

Dans un enregistrement diffusé dimanche par une chaîne britannique, l’organisation terroriste basque s’engage à ne plus mener d’offensives armées. Décision temporaire ou définitive ? Difficile à savoir après l‘échec de la trêve brutalement rompue avec Madrid en 2006.

Réaction du responsable de l’Intérieur du gouvernement socialiste basque : “Il faut y voir une bonne nouvelle, mais je dois également vous dire que ce communiqué est insuffisant parce qu’il ne répond pas à l’immense majorité de la société basque qui exige de l’ETA qu’elle cesse définitivement son activité terroriste”.

La gauche séparatiste basque, qui demande à l’ETA de déposer les armes, se félicite de la nouvelle. Pas question pour autant d’oublier le combat politique pour l’indépendance. En témoigne l’ancien membre de la branche politique de l’ETA, Txelui Morena. “Nous appelons tous les acteurs politiques, syndicaux et sociaux, le gouvernement de Madrid et de Paris, ainsi que la communauté internationale, à la co-responsabilité pour répondre de manière constructive au désir majoritaire de la société basque”.

Proche de la cause basque, le leader nord-irlandais du Sinn Fein, Gerry Adams, a lui aussi tenu à saluer la déclaration de l’ETA.

“C’est une annonce importante, l’engagement de l’ETA a opté pour la paix et démocratie. J’espère que le gouvernement espagnol en prendra conscience et qu’il aura une réaction positive”.

Encore faut-il que le cessez-le-feu perdure. Le dernier s’est soldé par un attentat contre l’aéroport de Madrid qui avait fait deux morts.