DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crainte d'une exécution de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani en fin de semaine

Vous lisez:

Crainte d'une exécution de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani en fin de semaine

Taille du texte Aa Aa

Le fils de l’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani est inquiet. Il craint son exécution par lapidation juste après la fin du Ramadan, soit autour du 10 septembre. Le Vatican indique qu’il agit en coulisse auprès des autorités iraniennes. Le Parlement européen a quant à lui bouleversé son ordre du jour ce lundi pour lancer un appel à Téhéran. “Nous appelons les autorités iraniennes à revoir le cas de Sakineh, a déclaré le président du Parlement européen Jerzy Buzek. Nous rappelons que nous sommes opposés à la peine de mort”.

Les gouvernements français et italien appellent à la clémence pour cette Iranienne condamnée à mort pour adultère. Le chef de la diplomatie française se dit prêt à s’investir personnellement. “C’est une peine et un acte insupportables, même à imaginer, a déclaré Bernard Kouchner. C’est le comble de la barbarie et le retour au Moyen-Age. Moi, j’en fais vraiment un cas personnel et je suis prêt à tout pour essayer de la sauver. S’il faut aller à Téhéran, j’irai à Téhéran”. Une campagne internationale est lancée pour éviter la lapidation à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, mais le temps est compté. Selon son fils, l’Iranienne vient de recevoir 99 nouveaux coups de fouet en prison.