DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : risques d'élections anticipées

Vous lisez:

Italie : risques d'élections anticipées

Taille du texte Aa Aa

La rentrée parlementaire italienne a été dominée par le divorce entre Silvio Berlusconi et Gianfranco Fini.

Le premier ministre a annoncé qu’il s’adresserait au parlement fin septembre.

Le Cavaliere veut à présent obtenir la démission du Président de la chambre basse, qui en quittant son parti fin juillet avec une quarantaine de députés, l’a privé de sa majorité absolue.

Or il a besoin du soutien de Fini pour obtenir le vote de confiance de la chambre sur cinq mesures clés. Faute de quoi, il pourrait convoquer des élections anticipées. Un scénario qualifié d’irresponsable par Gianfranco Fini lors d’une interview télévisée.

Gianfranco Fini propose à son ancien mentor un pacte de législature pour permettre au parlement et au gouvernement sortis des urnes en 2008 de finir leur mandat, qui court jusqu’en 2013. Ainsi, Fini apporterait son soutien au cas par cas au gouvernement.

Pour Franco Pavoncello, spécialiste de la politique italienne, “la tendance est davantage au compromis, au rabibochage, surtout parce que Fini est parvenu à ses fins, à savoir s’affranchir de la coupe de Berlusconi.”

Reste que la Ligue du Nord populiste d’Umberto Bossi, principale alliée de Berlusconi, se dit prête à tout pour obtenir la convocation d‘élections anticipées.