DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egemen Bağış : "le 12 septembre 2010 marquera un tournant historique dans le processus de négociation"

Vous lisez:

Egemen Bağış : "le 12 septembre 2010 marquera un tournant historique dans le processus de négociation"

Taille du texte Aa Aa

En votant à 58% pour la réforme constitutionnelle proposée par le parti au pouvoir, les électeurs turcs ont permis à leur pays de prendre un tournant important de son histoire moderne. Reste à mesurer l’impact qu’un tel changement aura sur l’avenir de la Turquie, et notamment de voir s’il permettra d’accélérer son rapprochement avec l’Union européenne.

Aydin Ali Ihsan, euronews :
“Avec M. Egemen Bağış, Ministre chargé des Affaires européennes et négociateur en chef auprès de l’Union européenne pour l’adhésion de la Turquie. Monsieur Bağış, comment interprétez-vous les résultats de ce référendum. Qu’est-ce qui va changer en Turquie maintenant ?”

Egemen Bağış :
“En fait, ce référendum a vraiment montré à quel point les Turcs croient en une démocratie exigeante, aux droits de l’homme et à l‘économie de marché. C’est la Turquie qui sort gagnante de ce référendum. Ce ne sont pas les partis politiques qui ont gagné, mais plutôt les citoyens de la République turque. Cette étape passée, nous allons poursuivre les réformes et nous ferons tous les premiers pas nécessaires afin que la Turquie devienne un pays qui répond aux critères européens, et afin que la population turque bénéficie d’une qualité de vie élevée”.

euronews :
“42% des votants ont dit non. Comment comptez-vous répondre à leurs inquiétudes ?”

Egemen Bağış :
“Nous respectons aussi bien ceux qui ont voté pour que ceux qui ont voté contre, et ceux qui se sont abstenus. Nous respectons tous nos citoyens. Nous essayons de comprendre les messages que les différents camps ont exprimés. Que 42% de nos citoyens aient voté contre est davantage dû, malheureusement, non pas au contenu de la réforme mais à la désinformation. Nos citoyens constateront, une fois que ce paquet de réformes sera mis en application, que leurs libertés individuelles vont augmenter, que la démocratie en Turquie aura des fondations plus solides. Une fois certains pas réalisés, comme la création du poste de médiateur [ndlr : Ombudsman] ils réaliseront combien ces réformes feront rapidement progresser la Turquie. Et nous croyons profondément que nos citoyens s’approprieront et soutiendront plus encore ces réformes”.

euronews :
“Cette réforme va-t-elle accélérer le processus de négociation avec l’Union européenne ? Depuis un certain temps, il semble y avoir des problèmes avec les réformes à faire, c’est ce que Bruxelles ne cesse de répéter”.

Egemen Bağış :
“Il ne me semble pas qu’il y ait de ralentissement dans les réformes menées en Turquie. Mais aucun pays candidat n’a vécu les difficultés rencontrées par la Turquie lors de ces négociations. Aucun pays n’a eu plus de la moitié des chapitres bloqués pour des raisons politiques qui n’ont rien à voir avec leur contenu.
Je pense qu‘à travers ce référendum les milieux européens – notamment les personnalités politiques voulant ralentir le processus – vont mesurer de manière nette et claire la détermination du peuple turc. La date du 12 septembre 2010 marquera un tournant historique dans le processus de négociation. Tout comme pour l’Espagne, la Grèce ou le Portugal, qui après avoir adopté une constitution civile, ont vu leurs processus de négociation soudain s’accélérer. Je crois aussi que si l’Europe n’applique pas deux poids deux mesures, le message clair et net du peuple turc hier constitue un tournant dans le processus d’adhésion à l’Union.
Maintenant, d’après les sondages réalisés en Turquie concernant l’Union européenne, les résultats montrent que 60% de l’opinion publique soutient l’adhésion et cela s’est aussi reflété dans le soutien à cette réforme constitutionnelle. Cela montre qu’en Turquie la grande majorité de la population soutient et croit au processus d’adhésion à l’Union et à ce paquet de réformes.