DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Réactions en chaîne après les accusations du journal Le Monde contre l'Elysée

Vous lisez:

Réactions en chaîne après les accusations du journal Le Monde contre l'Elysée

Taille du texte Aa Aa

C’est la guerre entre Le Monde et la présidence de la République française. Le quotidien accuse cette dernière d’avoir utilisé les services de contre-espionnage pour identifier la source de l’un de ses journalistes travaillant sur l’affaire Bettencourt-Woerth. Le Monde va donc porter plainte pour violation de la loi sur le secret des sources journalistiques.

“L’affaire, c’est comment on détourne un service de l’Etat qui doit lutter contre le terrorisme et protéger la sûreté publique. On le détourne au profit de l’intérêt privé d’un parti politique, de la majorité au pouvoir”, dénonce Eric Fottorino, directeur du quotidien.

Des accusations vivement démenties par l’Elysée et par l’UMP, le parti du président Nicolas Sarkozy : “On a pas le droit d’accuser sans preuve. Parce que tout ce qui a été dit, écrit par le journal Le Monde, c’est sans aucune preuve. L’Elysée a démenti. Il n’y a pas eu intervention de l’Elysée”, s’insurgeait ce mardi matin le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand lors d’une interview à la radio.

De fait, la direction de la police nationale affirme que c’est elle qui a demandé l’intervention des services de contre-espionnage. Mais pour Le Monde cette mission était illégale car menée dans un cadre administratif et non judiciaire.

Dans les milieux politiques, cette affaire suscite un déluge de réactions, notamment dans les rangs de l’opposition : “Je trouve que c’est une affaire d’Etat. Et donc il faut que l’exécutif s’explique et rende compte”, demande Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

Pour l’heure, Nicolas Sarkozy, principal visé par les accusation du quotidien, s’est refusé au moindre commentaire.