DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Roms : Bruxelles hausse le ton contre la France

Vous lisez:

Roms : Bruxelles hausse le ton contre la France

Taille du texte Aa Aa

Le renvoi des Roms roumains ou bulgares par la France a fini par déclencher une crise sans précédant entre Paris et la Commission européenne. Une crise qui couvait depuis juillet et les premières expulsions, elle a fini par éclater cette semaine après la publication de cette circulaire du ministère français de l’Intérieur datée du 5 août, et dans laquelle les Roms sont cités comme cible prioritaire.

Or, ce n’est pas ce que la France avait assuré à la Commissaire européenne à la Justice et aux Droits fondamentaux, Viviane Reding, le 31 août. Lors de cette réunion à Bruxelles, le ministre français de l’Immigration, Eric Besson et le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche avaient parlé d’expulsions strictement individuelles.

Les suspicions de discrimination envers une ethnie vont peser de plus en plus sur Paris. Au ministère de l’Immigration, règne un certain embarras lorsque Eric Besson réagit à la publication de la circulaire du 5 août.

C’est sûrement aussi par la presse que Viviane Reding a pris connaissance de cette circulaire. Hier la Commissaire à la Justice et aux Droits fondamentaux a donné un coup de poing sur la table : “J’ai été personnellement consternée par une situation qui donne l’impression que des gens sont expulsés d’un état membre de l’Union européenne, uniquement parce qu’ils appartiennent à une certaine minorité ethnique. Je pensais que l’Europe ne serait plus témoin de ce genre de situation après la seconde guerre mondiale”.

C’est la deuxième fois que des institutions fortes de l’Union européenne réprimandent la France. Le 9 septembre, le Parlement Européen a voté une résolution appelant Paris à suspendre les expulsions de Roms. Une démarche qualifiée de “diktat” par le ministre français de l’Immigration, et à laquelle Paris ne compte pas se soumettre.