DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trois pays riverains de l'Arctique se sentent trahis par l'accord frontalier russo-norvégien


monde

Trois pays riverains de l'Arctique se sentent trahis par l'accord frontalier russo-norvégien

Un accord frontalier entre la Russie et la Norvège perturbe l‘équilibre trouvé par les pays riverains de l’Arctique. Cette région représente en effet un enjeu considérable. La fonte des glaces ne fait qu’aiguiser l’appétit des pays alentour car l’Arctique, très riche en pétrole et en gaz, est désormais plus accessible.

C’est ce mercredi que le président russe et le Premier ministre norvégien ont signé un accord, dans le port de Mourmansk, sur la délimitation de leur frontière maritime en Arctique. Cela met un terme à quarante ans de différend entre les deux pays. Mais les trois autres riverains se sentent floués. Au plus fort de la bataille entre les pays qui défendent leurs intérêts dans la zone, les Russes avaient carrément planté leur drapeau à 4.000 mètres de profondeur sous le Pôle Nord.

“Le Canada ne restera pas inactif pour défendre ses droits en Arctique”, a réagi le ministre canadien des Affaires étrangères à la suite de la signature de l’accord frontalier russo-norvégien. Les cinq pays riverains ont tous en tête l’exploitation des gisements d’hydrocarbures de la région. Mais les organisations écologistes comme Greenpeace, qui pensent plutôt à la menace qui pèse sur l’Arctique, feront tout pour les freiner.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Roms : les propos de Viviane Reding continuent de faire des vagues