DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Andalousie, terre promise des roms?

Vous lisez:

Andalousie, terre promise des roms?

Taille du texte Aa Aa

Un peuple, des réalités infinies. Après plusieurs siècles de présence en Espagne, les Roms ont obtenu la reconnaissance de leurs voisins, même s’il leur reste encore du chemin à parcourir. A présent, ce sont eux, les Roms espagnols, qui tendent la main à leur frères d’Europe de l’est. Escale à Séville.

Chroniques de notre reporteur

Je suis arrivée à Séville un mardi, de nuit. Dans le premier bar dans lequel je suis entrée, j’ai été accueillie en musique. Le patron chantait du flamenco. En Espagne, cette musique a joué un rôle prépondérant dans la reconnaissance du peuple Rom. Beaucoup de grands noms du flamenco ont des origines roms. Le flamenco a franchi les frontières espagnoles pour devenir un symbole de l’identité culturelle espagnole. Mais cette élite artistique n’est pas représentative de la réalité d’un peuple arrivé en terre espagnole voilà six siècles.
 
La réalité du peuple Rom en Espagne est complexe, diverse. On ne peut pas dire qu’il est parvenu à s’intégrer totalement. Tout comme on ne peut pas dire que toute la communauté Rom vit exclue de la société. Le mot espagnol qui s’approche peut-être le plus de la réalité est “convivencia”, coexistence.
 
La politique de l’administration espagnole des dernières décennies a insisté sur l’intégration de cette minorité en mettant en oeuvre des plans spéciaux et en allouant des subventions afin de favoriser leur accès au logement, à l’emploi et à l‘éducation. Des progrès ont été réalisés, on en a également tiré des leçons. Aujourd’hui de plus en plus de voix se font entendre pour que soit mis en place un cadre commun à tous les citoyens espagnols, sans distinguer les Roms des non Roms.
 
La politique du gouvernement français à l‘égard des Roms d’Europe de l’est commence à renforcer le sentiment collectif du peuple Rom. Mais les différences nationales pèsent, lourdement. En Espagne, les Roms éprouvent beaucoup de fierté d‘être Rom et d’après ce que l’on m’a raconté, il y a de moins en moins de “Roms invisibles”, autrement dit de Roms qui essaient de dissimuler leurs origines pour éviter d‘être rejetés.

Leire Otaegi