DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Roms : Nicolas Sarkozy se met l'Europe à dos

Vous lisez:

Roms : Nicolas Sarkozy se met l'Europe à dos

Taille du texte Aa Aa

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy au sein de l’Union européenne a du plomb dans l’aile. La faute à sa politique très critiquée sur les Roms. Ce jeudi, le président français a semble-t-il aggravé son cas lors du sommet européen en se targuant en conférence de presse du soutien de l’Allemagne :

“Mme Merkel m’a indiqué sa volonté de procéder dans les prochaines semaines à l‘évacuation de camps”.

Un premier démenti de Berlin a immédiatement fusé. Et ce vendredi c’est le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle qui a enfoncé le clou : “La chancelière Angela Merkel a dit publiquement et m’a répété personnellement qu’elle n’avait pas tenu de tels propos. Ca ne peut être qu’un malentendu”.

Lors de ce sommet, Nicolas Sarkozy avait déjà eu un violent échange avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Accrochage que Paris a tenté de démentir, notamment par la voix de son chef de la diplomatie.

Au milieu de toutes ces approximations, quelques certitudes demeurent malgré tout. La première, c’est que le président Sarkozy est déterminé à poursuivre les démantèlements de camps illégaux. La seconde, c’est que la commissaire à la Justice et aux Droits des Citoyens Viviane Reding s’est dite, elle aussi, déterminée à faire sanctionner la France sur les renvois de Roms.