DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'extrême-droite, comme "un chien dans le jeu de quilles" politique suédois

Vous lisez:

L'extrême-droite, comme "un chien dans le jeu de quilles" politique suédois

Taille du texte Aa Aa

La Suède va se choisir un nouveau Parlement dimanche. Et l‘échiquier politique pourrait être bouleversé par l’entrée historique de l’extrême droite dans l’hémicycle. Les sondages lui attribuent plus de 7% des intentions de vote. Le jeune chef du parti Jimmie Aakesson a su donner à cette extrême droite une image politiquement correcte.

L’Alliance de centre-droit au pouvoir reste favorite. Son atout numéro un est son bilan économique.
Ce qui fait dire au Premier ministre suédois sortant Fredrik Reinfeldt qu’il “pourrait obtenir de nouveau une majorité dimanche soir. Nous avons toujours dit, prévient en revanche le chef du gouvernement, que nous ne dépendrons jamais d’un parti populiste et xénophobe”. L’autre bloc traditionnel en Suède, le Parti social-démocrate passé dans l’opposition, est mené par Mona Sahlin. Il devrait se placer en deuxième position. Mona Sahlin tient le même discours que son adversaire Fredrik Reinfeldt sur l’extrême droite: “Je ne la laisserai jamais avoir aucune sorte d’influence sur la politique suédoise, dit-elle. J‘étais fière jusque-là d’appartenir à l’un des rares pays en Europe à ne pas avoir de parti xénophobe au Parlement”. Plutôt que d‘être sous la coupe de l’extrême-droite, les deux partis traditionnels suédois affirment qu’ils préféreraient se rapprocher pour gouverner.