DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jimmie Akesson, le visage du renouveau de l'extrême-droite suédoise

Vous lisez:

Jimmie Akesson, le visage du renouveau de l'extrême-droite suédoise

Taille du texte Aa Aa

Militant chez les Démocrates de Suède depuis ses 15 ans, Jimmie Akesson a réussi en 5 ans à faire entrer au sein du parlement suédois un parti quasi inexistant lors des élections précédentes.

Sourire engageant et visage sympathique, à 31 ans, ce jeune homme de bonne famille délivre un discours apaisé mais sans ambiguité, sur de la position charnière de son parti : “Notre parti veut avoir un maximum de poids sur les dossiers que nous défendons, une politique de l’immigration responsable, la lutter contre la criminalité, et un troisième âge digne”.

Akesson a modifié la perception des Suédois vis-à- vis de l’extrême droite en estompant l’ombre du mouvement “Gardons la Suède suédoise”, dont les Démocrates de Suède sont issus. Raciste pour ses opposants, le jeune leader préfère se définir comme “conservateur” et marquer sa différence avec les autres partis en mettant en avant les thèmes fondamentaux de sa formation : l’immigration, la criminalité et le lien entre les deux.

Avec des positions toujours à la limite de l’acceptable, les Démocrates de Suède ont dénoncé avoir subi une campagne de vandalisme à leur égard, et aussi de la censure de la part des médias lors de la campagne électorale. Mais cela n’a pas empêché leur message de passer, surtout auprès
des jeunes et des primo-votants selon les sondages.

Dans un contexte de crise économique et de coupes dans l’Etat providence suédois et malgré une croissance à 4,7 , le chômage reste important en Suède : en juin 2010, il touchait 9,5 de la population active, mais était à plus de 21 % chez les jeunes entre 20 et 24 ans.

La crise économique néanmoins n’explique pas à elle seule un phénomène qui touche de plus en plus de pays européens. En juin, les Hollandais ont porté au parlement 22 députés du populiste Geert Wilders, et en avril c’est en Hongrie que l’extrême droite du Jobbik a fait une percée parlementaire.