DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Connect-R, l'artiste roumain qui revendique le fait d'être tsigane sans mâcher ses mots

Vous lisez:

Connect-R, l'artiste roumain qui revendique le fait d'être tsigane sans mâcher ses mots

Taille du texte Aa Aa

Connect-R, la dernière sensation de la scène du hip hop en Roumanie. Son dernier single, Still, est en tête du hit parade roumain. Chanteur, compositeur, danseur, acteur, producteur, Connect-R est un artiste eclectique, mélant rap, hip-hop, soul, R’n‘B ou reggae.

Connect-R, cela signifie celui qui connecte les gens, les musiques, les etats d’esprit, c’est de cette idée que je suis parti.

“Je n’ai jamais étudié la musique, mais je joue du piano et je chante sans aucun entraînement, sans faire d’efforts. C’est sans doute quelque chose d’inné, et c’est un avantage je pense. Mais jai grandi avec un autre genre de musique… Chuck Berry, Aretha Franklin, Elvis Presley, beaucoup de rock and roll, du blues, du jazz…Je pense que ce que je fais maintenant c’est le résultat d’une fusion. Entre le talent de base de ma nation et l‘éducation musicale donnee par mon père”, Connect-R.

Une fusion très commerciale, pour être reconnu, dit ouvertement le chanteur. Ce qui ne l’a pas empéché de délivrer un message, lorsque son titre Burning love a été sacré meilleure chanson de l’année 2010 en Roumanie. Ce soir là, Connect-R s’est dit fier… d‘être tsigane : “C’etait un acte courageux. parce qu’en Roumanie.il y a beaucoup de préjugés envers les gitans. Je me suis dit, c’est le moment idéal, pour dire qu’ un tsigane qui a dépassé sa condition ca existe aussi. J’ai voulu montrer au monde que cest un non sens d’utiliser le mot tsigane comme un attribut”.

Et montrer aussi à mes semblables qu’on peut faire autrement. “Je me suis tellement cogne à cela. Je regarde You Tube et je vois des milliers de commentaires, peut-être des millions… Ils disent, oui, c’est un bon morceau, il chante bien, les paroles sont bonnes, le message est bon, il danse bien… Dommage qu’il soit tsigane…Mais je suis tsigane”, Connect-R.

Mécanicien avant de percer sur la scène musicale, connect-R n’est pas pour autant complaisant avec ses semblables. Quand on l’interroge sur la polémique autour de la politique d’expulsion de la France, il se dit dégouté. Pas par l’attitude du gouvernement français, mais par celle des personnes visées : “J’ai beaucoup tenu à mes racines et j’y tiens encore un tout petit peu. Je dis que je n’y tiens qu’un peu, quand je compare le passé à ce qui se passe maintenant. Avant les tsiganes avaient beaucoup d’autres activités, l’art, les métiers d’art, la poésie… Le tsigane moderne a beaucoup changé. C’est douloureux ce qui se passe, c’est douloureux. Ces gens restent en marge des grandes villes européennes et ils nous font honte. Sarkozy il y a quelques années avait soutenu l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne. Je ne crois pas que ce qui se passe aujourd’hui était prémédité. Et au risque de decevoir mes semblables, je soutiens ce qu’il a fait, c‘était une initiative excellente…”

Seul remède aux problèmes actuels, insiste Connect-R, l‘éducation.. Et à défaut, la musique : “Il y a une legende selon laquelle dieu distribue les métiers… artisans, peintres, decorateurs, docteurs, ingenieurs… il a tout partagé… Et le dernier qui est arrivé c‘était le tsigane, avec des plumes dans les cheveux…il sortait du poulailler parce qu’il est paresseux comme toujours. Il a demandé à dieu, et à moi, qu’est ce que tu donnes ? Dieu a dit je n’ai plus rien, tu es arrivé trop tard, je n’ai plus rien à te donner! Alors le tsigane a fait demi-tour et dieu, bon comme il est, a dit “attends une seconde. jai quand même quelque chose à te donner. Il lui a donné un violon. Ca devrait être comme un loi, la musique est une des plus grandes qualités qu’ils

ont, et ils devraient s’y accrocher.”