DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bosnie : un pays toujours divisé

Vous lisez:

Bosnie : un pays toujours divisé

Taille du texte Aa Aa

Brcko, ville modèle dans une Bosnie toujours très marquée par la fracture ethnique… Près de quinze ans après la fin de la guerre, elle est la seule à être véritablement multiethnique, population, pouvoir politique, police, justice et écoles confondues.

Toujours sous supervision internationale, ce district a une importance stratégique. Il relie les deux parties de la Republika Srpska, entité qui constitue la Bosnie avec celle de la Fédération croato-musulmane.

Si Brcko fait figure d’exception, c’est précisément parce que malgré les accords de Dayton en 1995, et malgré la nouvelle architecture institutionnelle, Serbes, Musulmans et Croates raisonnent toujours en termes ethniques. Les réformes pour aller plus loin dans l’unification n’ont d’ailleurs que très peu progressé, au grand regret de l’Union européenne. Le témoignage de la journaliste Dzenana Karup Drusko en dit long :

“Ce qui pourrait être un problème en Bosnie-Herzégovine, c’est que nous avons encore des dénis de crimes. Le Premier ministre de la Republika Srpska affirme toujours qu’il n’y a pas eu de génocide à Srebrenica.”

Pas étonnant dès lors qu’en pleine période électorale, la réthorique nationaliste ressurgisse.

Le Musulman Haris Silajdzic, président en exercice de la présidence collégiale accusait ainsi récemment les Serbes de Bosnie d’empêcher les progrès du pays vers l’Europe, tandis que le Premier ministre de la Republika Srpska, Milorad Dodik, évoquait une séparation à l’amiable, en clair une sécession de l’entité serbe.

Censés cimenter le pays, la présidence tripartite et le parlement central ont montré leurs limites. L’analyse de Galia Glume, de l’Université catholique de Louvain :

“Pour ces élections, on ne s’attend pas à un changement radical, pour la bonne et simple raison que les rhétoriques nationalistes imbibent plus ou moins l’ensemble des élites politiques en Bosnie-Herzégovine. Il y a un réflexe de peur qui demeure de la part de deux sociétés, trois communautés, qui restent profondément divisées, qui vivent ensemble mais séparément.”

Malgré tout, sous la pression internationale, la Bosnie a mené à leur terme certaines réformes, comme celle de l’armée, totalement unifiée et représentative des trois communautés.