DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Festival européen du film de Freeski d'Annecy

Vous lisez:

Festival européen du film de Freeski d'Annecy

Taille du texte Aa Aa

“Quand le septième art rencontre le sport, voici le résultat : le premier festival européen de freeski. Cette première édition a rassemblé les meilleures productions mondiales, à Annecy en France, une initiative culturelle en soutien à la candidature de la ville pour les Jeux Olympiques d’hiver de 2018”, Nacho Ferrer, euronews.
 
Le grand gagnant de cette est edition est le film américain “The Way I See It”, de Matchsticks Productions. Le film a déjà remporté plusieurs récompenses sur la scène internationale, notamment au festival nord-américain IF3 le mois dernier à Montreal, grand frère de ce nouveau rendez-vous à Annecy.
 
Alors qu’un film comme “The way I See It” peut s’enorgueillir d’un budget de 600.000 euros, la plupart des films européens sont tournés avec moins de 40.000. Mais bon marché ne veut pas dire moins bon explique Jean-Guillaume Charrier, qui produit l‘émission Adrénaline. “Moi j’ai trouvé qu’en termes de créativité et originalité, les films européens se défendaient très bien et que finalement avec des budgets plus faibles, ils sont arrivés à faire des films très raffraîchissants, très novateurs, avec notamment des petits scénarios, un vrai film, et surtout dans ce qu’on appelle l’edit, que ce soit les effets-spéciaux ou le montage, les films européens se défendaient très bien et peut-être que la veille Europe a encore cet aspect fun et ludique”.
 
Le film français Punch Line a reçu le prix du meilleur montage. Le script a vraiment attiré l’attention des membres du jury et des spectateurs…
 
La jeune skieuse, Kelly Sildaru s’est vu décerné le “Coup de Coeur” du Jury. Cette jeune estonienne n’a que 8 ans mais son niveau égale déjà celui de beaucoup de professionnels.

Parmi les nouveautés diffusées au festival, Teton Gravity Research a presenté la première partie d’un film tourné en 3D dans laquelle on peut admirer la technique d’un des plus grands free stylers du monde Sammy Carlson.
 
“C’est aussi un évenement pour recompenser le travail des producteurs, de tout le monde qui travaille derrière la caméra, pour reconnaître le travail qu’ils font.C’est important de leur donner un peu de crédibilité parce qu‘à priori, tous les évènements et contests, c’est pour les riders, c’est eux qui sont récompensés et nous, nous voulions faire un évènement pour les cameramen, les monteurs, les producteurs, etc”, explique Félix Rioux, fondateur de l’IF3.
 
Autre voyage celui effectué par Giulia Monego, Laura Bohleber, Lorraine Huber et trois autres championnes qui prouvent qu’elles n’ont rien à envier aux hommes en matière de freeskiing.
 
Et puisque ce genre de rendez-vous invite à voyager, les festivaliers ont pu se rendre jusqu’en Inde dans la région du Cachemire à travers Azadi Freedom tourné dans la vallée de Gulmarg.