DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Terrorisme : la menace interne à l'Europe

Vous lisez:

Terrorisme : la menace interne à l'Europe

Taille du texte Aa Aa

L’Allemagne n’a pas encore confirmé, mais pour les forces de sécurité pakistanaises, ce sont bien cinq djihadistes de nationalité allemande qui ont été tués par un drone américain au nord-ouest du Pakistan. Ils y sont généralement formés avant d‘être renvoyés en Europe. La menace vient donc de l’intérieur, et c’est bien ce qui inquiète le coordinateur européen de la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, interrogé par euronews :

“Nous sommes confrontés à la fois au souhait du coeur d’Al-Qaïda de réaliser une attaque forte parce qu’il sont sous une pression de la coalition en Afghanistan, des attaques de drones, et donc ils cherchent une sorte de bénéfice d’image en essayant d’accomplir un acte de grande ampleur. Mais ce qui nous préoccupe beaucoup, ce sont les mouvements de jihadistes qui viennent d’Europe ou des Etats-Unis, des personnes qui sont nées chez nous ou qui ont le passeport d’un des Etats membres, qui peuvent donc plus facilement passer en dessous du radar des services de police et des services de renseignement. Ils se rendent dans les zones de Jihad que ce soit l’Afghanistan ou le Pakistan, que ce soit la Somalie – al-Shabaab – le Yémen – on a vu un projet d’attentat en décembre de l’année passée – ou qu’il s’agisse du Sahel. Comme ces djihadistes voyagent, qu’ils peuvent facilement se rendre d’un pays à l’autre, la menace est plus diffuse, plus complexe.”

“La menace se transforme, elle est beaucoup plus diffuse, complexe, et donc il faut affiner les techniques de collectes du renseignement. Nous avons conclu un accord avec les Américains sur un système de suivi des transactions financières et se pose maintenant la question de savoir si l’Europe ne devrait pas se doter d’un système européen de collecte de données sur les passagers. Alors, ça soulève un certain nombre de questions liées à la vie privée et le Parlement européen s’en préoccupe beaucoup. Mais comme responsable, j’estime, et plusieurs responsables nationaux également, que cette nouvelle forme de menace suppose que l’on ait de nouveaux outils et le PNR, le Passenger Name Record, est un des nouveaux outils dont on devrait se doter pour essayer de suivre ces mouvements de jihadistes.”