DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Nous espérons empêcher la pollution du Danube"

Vous lisez:

"Nous espérons empêcher la pollution du Danube"

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre hongrois a décrit l’accident comme une catastrophe environnementale sans précédent dans le pays. Le gouvernement essaye de gèrer “l’après” et de réduire les dégats potentiels sur le Danube. Nous avons interwievé, depuis Budapest, Anna Nagy, porte-parole du gouvernement.

Alasdair Sandford : “Etes-vous en train de gagner ou perdre cette bataille ?”

Anna Nagy: “C’est la première fois dans notre histoire que ce type de catastrophe arrive à la Hongrie, et en Hongrie. Donc nous découvrons petit à petit ce qui va se passer. Apparemment il semble que tout le monde est en sécurité ici. Nous avons stoppé la fuite du réservoir. Nous avons commencé le nettoyage des routes, des maisons. Nous avons réussi à baisser le niveau du PH, le niveau de contamination de l’eau potable, franchement nous avons fait beaucoup de choses en trois jours.

Alasdair Sandford : “Le Danube coule dans d’autres pays. Quelles sont les actions que vous allez entreprendre avec vos voisins ?”

Anna Nagy : “Cet après-midi la pollution a atteint le Danube mais le niveau de contamination est bien moins élevé qu‘à l’endroit de l’accident. Au départ le PH était de 13, maintenant il est descendu à 9,5 ce qui n’est pas optimal, mais ça n’a pas endommagé la faune et la flore du fleuve. Alors nous avons plutôt de la chance, et je pense l’espoir d’empêcher que le Danube soit pollué et détériore l’environnemment en Hongrie et dans les pays voisins.”

Alasdair Sandford : “Nous avons parlé avec un expert hier qui nous disait que la chose la plus importante à faire était d’investir, pour empêcher de telles catastrophes dans le futur. Qu’allez-vous faire ?”

Anna Nagy : “Nous menons plusieurs enquêtes actuellement. Je pense que la première et la plus importante est pour savoir qui est responsable de cette tragédie. La catastrophe a démarré dans le réservoir d’une entreprise privée. Nous parlons donc d’une entreprise privée qui gère une société, dont le réservoir a laissé fuire cette boue rouge toxique. La première question c’est donc qui est responsable, et celui qui l’est devra prendre la responsabilité de ce qui s’est passé. Mais je pense qu’il y a d’autres choses que nous devons apprendre de cette terrible catastrophe. Nous devons voir si les procédures de contrôles sont bonnes dans les autres entreprises dangereuses, et tout de suite après l’accident nous avons commencé à faire des contrôles auprès des sociétés qui ont des activités dangereuses, avec des matériaux dangereux.”