DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Prix Nobel de la paix pour Liu Xiaobo : une "obscènité" pour la Chine

Vous lisez:

Prix Nobel de la paix pour Liu Xiaobo : une "obscènité" pour la Chine

Taille du texte Aa Aa

Liu Xiaobo est le Prix Nobel de la Paix 2010.

Le comité Nobel a révélé ce vendredi matin le nom du lauréat.

Liu Xiaobo, dissident chinois, est actuellement en prison en Chine, il purge une peine de onze ans pour avoir signé en 2008 une Charte appelant à une réforme démocratique dans son pays.

Barack Obama, le président américain, lui-même Nobel de la Paix 2009, a salué ce prix et a appelé la Chine à libérer Liu Xiaobo.

Thorbjorn Jagland, président du Comité Nobel :
“Le comité Nobel a toujours cru qu’il existait un lien étroit entre les droits de l’Homme et la paix. De tels droits sont une obligation pour la fraternité entre les nations, et c’est ce qu’a toujours voulu Alfred Nobel”.

Dès l’annonce de son nom, des supporters de Liu Xiaobo se sont rassemblés devant la maison où vit sa femme, sous la surveillance de la police.

Ecoutez la réaction de Xia Yeliang, de l’université de Pékin, et proche du Prix Nobel :

“Je suis attristé par le fait que la plupart des citoyens chinois n’ont jamais entendu parler de la Charte 08 et de Liu Xiaobo. C’est une tragédie. Mais je pense que cela va changer justement grâce à ce prix nobel”.

Il y a fort à parier que le lauréat lui-même n’est pas au courant de son prix… Son épouse a pu être jointe par téléphone : “En ce moment Xiaobo ne peut pas être avec nous pour partager ce moment. Je devrais pouvoir le voir bientôt et lui annoncer. Mais ce prix Nobel, c’est un honneur pour lui mais aussi une responsabilité”.

La télévision officielle, elle, s’est contentée de relayer un communiqué officiel qui rejette ce prix Nobel et va même jusqu‘à dire qu’il contredit la philosophie d’Alfred Nobel lui-même.

Liu Xiaobo est connu des autorités chinoises depuis longtemps. Il fut notamment l’un des leaders de la révolte étudiante chinoise de 1989, une révolte qui avait été écrasée dans le sang sur la place Tien Anmen à Pékin.