DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupés du monde mais scolarisés

Vous lisez:

Coupés du monde mais scolarisés

Taille du texte Aa Aa

Colombie : l‘école de l’autre côté du canyon

À une heure et demie de Bogota, les enfants de Los Pinos risquent leur vie pour aller à l‘école. Deux fois par jour, ils empruntent une tyrolienne de 800 mètres de long. Leur école est située de l’autre coté du canyon du Rio Negro, la rivière noire. Sans la tyrolienne, les enfants devraient marcher deux heures chaque matin pour se rendre à l‘école.

Il y a six ans, le gouvernement colombien leur avait promis une télécabine qui n’est jamais arrivée. Les gens de la région se souviennent d’au moins deux accidents de tyrolienne. Les victimes étaient adultes.

Indonésie : se préparer à affronter la modernité

Avec leurs plages immaculées, leurs huttes de bambou et leurs somptueuses traditions, les îles Mentawai ont un air de paradis. Longtemps oubliées, elles sont aujourd’hui rattrappées par le tourisme et le monde moderne.

Le docteur Tahmasebian est iranien. Voilà 40 ans qu’il vit en Indonésie. Il y a créé un organisme chargé d’apporter une éducation plus dynamique aux enfants des zones reculées. L’idée est de les préparer à défendre leur culture face à la modernité.

Syrie : écoles mobiles pour Bédouins sceptiques

La Syrie a mis en place des écoles mobiles qui suivent les Bédouins afin de les aider à apprendre sans renoncer à leur style de vie et à leurs coutumes. Mais les plus âgés ne voient pas les bénéfices de cette éducation. Pour eux, apprendre à vivre en Bédouin est une éducation à part entière.

Le Programme alimentaire mondial s’investit lui aussi pour tenter de dispenser un enseignement conventionnel aux communautés les plus isolées. En espérant changer les mentalités de la génération montante.

Le changement n’est pas toujours bienvenu. Les Bédouins craignent que recevoir une éducation formelle ne finisse par casser leurs communautés nomades.