DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La santé des mineurs suivie à la loupe jusqu'à la dernière minute

Vous lisez:

La santé des mineurs suivie à la loupe jusqu'à la dernière minute

Taille du texte Aa Aa

Comment préserver la santé de personnes bloquées à 700 mètres sous terre pendant 2 mois ? A quelques heures maintenant de leur sortie, les secouristes se félicitent du chemin parcouru : les mineurs n’ont pas dû faire face à des maladies graves pendant leur enfermement. Les autorités s‘étaient tournées vers la Chilean Safety Association pour veiller sur leur santé :

“La préoccupation de l‘équipe, c‘était que l’un d’entre eux souffre de colique néphrétique, ou d’une appendicite. Des problèmes de santé de ce genre, c‘était l’angoisse du personnel médical” explique son représentant.

Les secouristes ont rapidement fait passer du matériel aux mineurs, qui ont pratiqué des tests réguliers, physiques et psychologiques. “Voici l’un des appareils que les mineurs ont utilisés pour surveiller leur état de santé, et contrôler par exemple, leur rythme cardiaque ou respiratoire…” rappelle Jean Romagnoli, membre de l’association.

Depuis une semaine, les tests se sont accélérés. Deux médecins, l’un de la Navy et l’autre de la compagnie minière, les rejoindront sous terre au moment de la sortie, pour une ultime préparation.
Les spécialistes craignent des risques d’hypertension, ou au contraire une chute de la tension artérielle, au moment de la remontée. Sujet de préoccupation aussi, la coagulation sanguine, pour ce faire les mineurs prennent de l’aspirine depuis dimanche.

Les 33 seront aussi équipés de bas de contention et d’une gaine. Six heures avant leur remontée, ils avaleront un liquide spécialement préparé par la Nasa, pour éviter les vomissements. En effet, ça va secouer : la capsule devrait tourner sur elle même une dizaine de fois pendant les 20 minutes prévues pour l’ascension.

La grande incertitude, c’est la gestion du stress. Pendant l’opération de secours, mais aussi après. Il faudra alors gérer le syndrome post-traumatique. “Ce syndrome peut provoquer des problèmes de sommeils, cauchemars, crises d’angoisse, modification des habitudes alimentaires, et se produit quand la personne revit les moments de son sauvetage, ou les heures passées enfermées au fond de la mine…” a expliqué Franco Utili, médecin urgentiste.

Jusqu‘à présent, les 33 mineurs ont démontré une force de caractère et un optimisme hors du commun. Deux qualités qui seront la clé pour sortir des entrailles de la Terre, et réapprendre à vivre.