DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pékin : "le prix Nobel traduit la peur de l'Occident"

Vous lisez:

Pékin : "le prix Nobel traduit la peur de l'Occident"

Taille du texte Aa Aa

L‘épouse du prix Nobel de la Paix est bien assignée à résidence, et son téléphone portable est coupé, Liu Xia l’a confirmé elle même dans un court message sur Twitter. Son mari, Liu Xiaobo, a appris en prison qu’il avait reçu vendredi le prestigieux prix. L‘épouse du dissident a fait un long voyage pour le lui annoncer.

Liu Xiaobo a dédié son prix à ceux qui sont tombés à Tiananmen, en 1989. Un mouvement démocratique auquel il avait participé, lorsqu’il avait 33 ans. Deux décennies plus tard, les étudiantes rencontrées dans l’université qu’il a fréquenté lui aussi connaissent peu de chose du 4 juin 1989 : “On sait qu’il s’est passé quelque chose le 4 juin, mais pas le rapport que ça a avec lui, dit une étudiante. A l‘école nous n’apprenons rien à propos des incidents du 4 juin. Je suis au courant parce qu’un prof étranger m’en a parlé.”

“Je pense que les autorités veulent protéger la richesse des gens et assurer la paix dans la société, ajoute une autre. Alors les gens n’ont pas vraiment besoin d‘être au courant de ce qui s’est passé le 4 juin.”

Le prix Nobel de la Paix est en prison pour 11 ans, pour avoir réclamé en 2008 une Chine démocratique. Pour Pékin, ce prix Nobel traduit la peur de l’Occident face à la puissance chinoise.