DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle au Brésil : une Dilma Roussef plus combative

Vous lisez:

Présidentielle au Brésil : une Dilma Roussef plus combative

Taille du texte Aa Aa

Ça se corse dans l’arène électoral au Brésil. Les attaques entre les candidats Dilma Roussef et José Serra ont fusé dimanche soir lors du premier débat télévisé pour le second tour de la présidentielle. La dauphine du président sortant Lula da Silva n’avait jamais paru aussi combative durant la campagne.

Elle a critiqué le programme de son adversaire dans le secteur pétrolier et a rappelé l’implication de celui-ci dans les privatisations des années 1990. Privatisations jugées négativement par une partie des Brésiliens. Dilma Roussef a également accusé Serra d‘être un pion entre les mains d’investisseurs étrangers et de recourir à la calomnie.

José Serra a répliqué en reprochant à Roussef de changer de position sur les questions telles que l’avortement ou la religion.
“Je n’ai jamais défendu le droit à l’avortement. Il n’y a aucune preuve qui affirme le contraire. Vous, vous le défendez. (…) Vous changez d’avis, vous dites le contraire puis vous vous posez en victime. C’est la même chose à propos de Dieu. Il y a des interviews dans lesquels vous dites que vous ne savez pas si vous êtes croyante et brusquement vous devenez pieuse.”

Dilma Roussef, qui est soutenue par le très populaire Lula da Silva, a perdu du terrain. Selon les sondages, son avance pour le second tour le 31 octobre est passée d’une vingtaine de points à seulement sept points.

Dilma Roussef et José Serra courtisent les 20 millions d‘électeurs qui ont voté lors du premier tour pour Marina Silva, candidate écologiste et évangéliste.

Avec AFP et Reuters