DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une rentrée parlementaire pour la forme en Belgique

Vous lisez:

Une rentrée parlementaire pour la forme en Belgique

Taille du texte Aa Aa

Les députés belges se sont réunis ce mardi, sans que l’on puisse vraiment distinguer majorité et opposition. Quatre mois après les législatives, la Belgique attend toujours son nouveau gouvernement. Et la balle est dans le camp des séparatistes flamands. Leur chef a été désigné par le roi pour chercher une issue. Le commentaire de deux journalistes, l’un flamand, l’autre francophone :

“Côté francophone, par exemple les socialistes francophones ont la conviction qu’on doit rester dans le chapeau belge, et voilà la discussion entre les deux côtés. Eux croient que plus d’efficacité est possible en restant sous ce chapeau belge. Côté flamand, N-VA, on croit juste l’inverse. Il faut sortir du chapeau pour être plus efficace”, résume Ivan De Vadder, de la VRT.

“La grande question se trouve dans les mains de la N-VA. Bart De Wever est clarificateur. Il doit avant tout clarifier sa position à lui, à savoir est-ce qu’il veut continuer à vivre dans un Etat fédéral qui s’appelle la Belgique avec Bruxelles comme capitale, et qui assure la coexistence pacifique entre les trois régions”, explique de son côté Francis Van de Woestyne, de La Libre Belgique.

Bart De Wever a jusqu‘à lundi prochain pour trouver la solution miracle, si tant est qu’il le souhaite. La riche Flandre revendique depuis longtemps plus d’autonomie, notamment fiscale, et la menace de scission est régulièrement mise en avant. Côté francophone, on se fait à l’idée. Les socialistes évoquent de plus en plus ouvertement ce qu’ils appellent le plan B.