DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chili : un sauvetage historique

Vous lisez:

Chili : un sauvetage historique

Taille du texte Aa Aa

Une prouesse technique, une fierté nationale et une récompense au courage des mineurs et de leurs familles. C’est tout ça, le sauvetage en cours au Chili.

C’est sous les yeux du monde entier que le pays sud américain procède avec méthode et précision, ponctué d‘émotion et d‘éclats de joie, à l’extraction des mineurs pris au piège.

Une démonstration de l’expertise et des moyens de l’industrie minière, un coup de pub aussi pour l’entreprise publique Codelco, premier producteur de cuivre au monde, qui a piloté l’opération.
Politiquement, c’est aussi un succès pour le président Sebastián Piñera, dont la popularité sort renforcée par le sentiment d’union nationale :
“ Les mineurs ont prouvé, tout comme les victimes du tremblement de terre et ceux qui travaillent pour reconstruire ce qu’il a détruit, que quand les chiliens s’unissent, et ils le font toujours face à l’adversité, et bien nous sommes capables de grandes choses…’” a dit le président chilien.

Enfin, avec les 33, ce sont tous les mineurs qui sont à l’honneur aujourd’hui : 33 héros pour un pays, qui célébre cette année le bicentaire de son indépendance. L’accident de la mine San José a mis au jour les risques qu’ils encourent. Et pour Mario Sepúlveda, le deuxième rescapé remonté à la surface, il ne faut pas se cacher derrière la chance qui a oeuvré cette fois-ci. Il est temps de regarder en face les défaillances de la prévention dans les mines chiliennes : “Je crois que ce pays doit comprendre une fois pour toutes que nous pouvons faire des changements dans le monde du travail “ a t-il dit dès sa sortie. “Il faut faire beaucoup de changements. Nous ne pouvons pas rester comme ça. Je crois que l’entreprise doit donner les moyens à ses cadres pour qu’ils opèrent des changements en terme de travail.”

La mine San José, vieille de 100 ans, a connu au cours de son histoire nombre d’accidents mortels. Les poutres utilisées étaient en bois, et non en acier.

Certaines familles de mineurs ont déjà demandé des indemnisations pour un total de 7 millions
d’euros aux propriétaires de la mine.