DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Angela Merkel enterre le modèle multiculturel allemand

Vous lisez:

Angela Merkel enterre le modèle multiculturel allemand

Taille du texte Aa Aa

Le débat sur l’intégration des musulmans fait rage en Allemagne.

Avec 4 millions de musulmans, dont trois millions sont originaires de la Turquie, le modèle d’immigration allemand est épuisé selon l’aveu de la chancellière Angela Merkel devant les jeunes de la CDU, ce samedi :

“Nous sommes un pays qui au début des années 60 a appelé des travailleurs invités en allemagne. Maintenant ils vivent avec nous, et nous nous sommes mentis à nous mêmes, en disant qu’ils n’allaient pas rester, et qu’ils repartiraient un jour. Ca n’a pas été la réalité. Cette approche multiculturelle, dire que nous vivons simplement côte à côte et que nous en sommes heureux, cette approche a échoué, complètement échoué…”

Un aveu qui donne raison aux propos tenus la veille par le président de la CSU, la branche bavaroise de la CDU d’Angela Merkel, Horst Seehofer. Egalement ministre président de la Bavière, le land le plus riche de l’Allemagne, il s’est prononcé contre le
le Multi-Kulti.

Les conservateurs allemands enflamment le débat sur l’islam alors qu’au même moment, une étude de la Fondation Friedrich Ebert révèle que 58% des allemands sont favorables à la limitation des libertés religieuses des musulmans.

Le gouvernement compte rectifier le tir en exigeant plus d’efforts de la part des immigrants, notamment l’interdiction des mariages forcés. Il veut aussi favoriser leur intégration en finançant la formation des imams dans trois universités allemandes, dont celle de Osnabrück.

La ministre allemande de l’Education vient aussi d’annoncer vouloir légiférer pour reconnaître les diplômes étrangers, ce qui permettrait l’emploi de 300 000 immigrés qualifiés, dont l‘économie allemande a besoin très vite.

Un débat qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis la publication cet été du pamplet de Thilo Sarrazin.
Le haut fonctionnaire de la Banque centrale a mis l’opinion en ébullition en affirmant que le pays “se défait” sous le poids des immigrés musulmans.