DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Belgique s'enfonce dans la crise politique

Vous lisez:

La Belgique s'enfonce dans la crise politique

Taille du texte Aa Aa

Bart de Wever a mis fin à sa mission de conciliation. Un échec, un de plus, dans une Belgique qui ne parvient pas, quatre mois après les élections, à se doter d’un nouveau gouvernement. Le rideau est tombé, a lâché en latin le chef de file des séparatistes flamands.
Bart de Wever avait proposé hier une profonde réforme du système fédéral, aussitôt rejetée par les partis francophones. Parmi ses points clé : une autonomie très élargie pour la Flandre, et la scission d’un arrondissement bilingue.

“Nous sommes déçus. C’est une attaque frontale contre l’Etat fédéral et contre les francophones”, a déploré le socialiste francophone Elio Di Rupo.

Il revient donc au roi de décider de la suite. Relancer une énième consultation certainement vouée à l‘échec tans le clivage est radical ou convoquer des élections à haut risque.

“Je pense que c’est le symptôme d’un manque total de confiance, d’une division totale entre les deux communautés. Chacun interprête les textes de façon totalement différente. Et personne ne se fait confiance. Comme je l’ai dit il y a quelques semaines, la Belgique est dans le coma”, a commenté le chrétien-démocrate flamand Eric Van Rompuy.

Et la confrontation promet de se radicaliser davantage ce jeudi. La N-VA de Bart De Wever veut faire passer en force la scission du fameux arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde à la chambre des députés, où les Flamands sont majoritaires. Cela mettrait fin aux droits linguistiques de nombreux francophones vivant dans la banlieue flamande de Bruxelles.