DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'attaque du parlement tchétchène, un désaveu pour le pouvoir central

Vous lisez:

L'attaque du parlement tchétchène, un désaveu pour le pouvoir central

Taille du texte Aa Aa

Nouveau coup d‘éclat des rebelles en Tchétchénie : ils ont lancé une attaque ce mardi contre le parlement dans la capitale Grozny, faisant quatre morts.

Un des assaillants a fait exploser la bombe qu’il transportait. L’armée est intervenue pour faire évacuer les lieux. Durant l’assaut, les deux autres rebelles ont été tués.

Cette attaque constitue comme un désaveu pour le président tchétchène Ramzan Kadirov, qui se trouve ainsi défié par les insurgés, jusque dans sa capitale. “Ca devient une habitude, explique Alexei Malashenko, analyste politique à Moscou : cela montre que Ramzan Kadyrov ne maîtrise pas la situation en Tchétchénie, et que même dans la capitale Grozny, il ne contrôle pas grand-chose”.

La Tchétchénie ainsi que les républiques environnantes, le Daghestan et l’Ingouchie, sont en proie à une insurrection islamiste que les autorités ont du mal à contenir. Et pourtant, en mars 2009, le président russe Dmitri Medvedev assurait que la situation en Tchétchénie était normalisée, et la sécurité dans le Caucase en passe d‘être assurée.

Ce discours a été démenti par les attentats perpétrés dans les mois qui ont suivi, et notamment en mars 2010, l’attaque-suicide dans le métro de Moscou. Quarante personnes avaient alors trouvé la mort dans ce double attentat commis par des islamistes originaires du Daghestan.

Avec AFP et Reuters