DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cure d'austérité sans précédent en Grande-Bretagne

Vous lisez:

Cure d'austérité sans précédent en Grande-Bretagne

Taille du texte Aa Aa

Victime symbolique du plan d’austérité, la voix et l’image de la Grande-Bretagne à l‘étranger, la BBC. Elle devra faire face à un gel de la redevance pendant six ans et financer elle-même son célèbre World Service radiophonique jusque-là pris en charge par le foreign office.

Tous les ministères sont touchés ou presque par les coupes budgétaires. Leurs budgets se verront réduits en moyenne de 19% d’ici 2014-2015. Sur la même période, 490.000 emplois seront supprimés dans la fonction publique, en majorité via des départs naturels à la retraite.

Ce plan est considéré comme le plus sévère des grands pays de l’Union européenne. Trop rapide aux yeux de l’opposition, il est sensé éviter la faillite du pays. La presse britannique parle de coups de hache budgétaire.

L’objectif, c’est de faire tomber le déficit public record du pays, 10,1 % du PIB cette année, à 1,1% en 2015. Le plan vise à réaliser 95 milliards d’euros d‘économies en moins de 5 ans, combiné à 34 milliards d’euros de hausse d’impôts. Il prévoit le relèvement de l‘âge légal du départ à la retraite de 65 à 66 ans d’ici dix ans, avec entrée en vigueur progressive en 2018.

Le budget de la protection sociale sera amputé de 8 milliards d’euros supplémentaires, qui viendront s’ajouter aux 12 milliards annoncés au mois de juin, après l’arrivée de la coalition tories-libéraux au pouvoir.

Le secteur de l‘éducation lui, est relativement préservé. Le budget alloué aux écoles va passer de 39 milliards à 44 milliards d’euros sur les 4 ans à venir. En revanche, les universités vont subir 40% de coupes budgétaires pour les postes d’enseignants.

Les budgets consacrés à l’agriculture, l’alimentation et l’environnement subiront eux des coupes sévères, moins 33% à l’horizon 2015.

En revanche, le service national de santé – qui vient à peine d‘être redressé – et l’aide extérieure au développement, ont été épargnés, conformément aux promesses électorales du Premier ministre David Cameron.