DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le festival d'Abu Dhabi : entre Hollywood et Bollywood

Vous lisez:

Le festival d'Abu Dhabi : entre Hollywood et Bollywood

Taille du texte Aa Aa

Le Festival International du Film d’Abu Dhabi est un jeune festival qui présente des films du monde entier, mais aussi, et c’est sa spécificité, des films venus du monde arabe et des Emirats en particulier.
Le public est venu nombreux pour assister aux films en provenance des Emirats et nous avons recueilli quelques impressions des spectateurs… Aicha nous livre les siennes

“Ces films m’ont beaucoup inspirée. Et j’ai été très contente de voir en particulier ceux qui viennent des Emirats. Nous avons l’habitude de voir les films d’Hollywood, pas de voir ces travaux d‘étudiants d’ici, et des sujets qui concernent les Emirats. Cela donne beaucoup d’inspiration, donc”.

Les films présentés ont été réalisés en partie par des étudiants en cinéma et en audiovisuel, un secteur en plein essor aux Emirats. Les sujets des films sont tres variés et abordent des sujets comme la place des femmes dans le monde arabe, le rapport à l’Occident, les travailleurs clandestins ou encore la religion.

Moza est étudiante en audiovisuel : “les sujets des films m’ont intéressée, en particulier cette église construite au Qatar. Aussi, beaucoup de films en arabe qui traitent de sujets importants…vous savez, si on compare avec les films d’Hollywood ou de Bollywood, ce sont des films qui sont plus divertissants qu’avec un point de vue. Mais les films arabes ou des Emirats que nous voyons aujourd’hui parlent de choses très importantes.

Cette année, une section de la compétition étaitdédiée aux courts-métrages produits aux Emirats. Pas moins de 50 films en compétition. Le grand vainqueur a été le film Gheamt Shroog qui remporte le Black Pearl Award du meilleur film et du meilleur scénario. L’histoire d’une bande de jeunes écoliers qui sèchent une journée d‘école.
Pour Ahmed Zain, le réalisateur, “le cinéma émirati est sur la bonne voie. Nous avons commencé en 2001, et nous sommes en progrès continu. Et je suis sûr que vous allez découvrir un nouveau cinéma émirati, un cinéma différent et qui va de l’avant, en progression.”

“The Queen”, de Hadi Shuaib, a de son côté remporté le prix du meilleur film documentaire. C’est une plongée dans les traditions bédouines lors du festival annuel d’Al Dahfra, à deux pas de l’ultra-moderne Abu Dhabi…

Ali Al Jabri, directeur et programmateur : “Il est important de retourner à son milieu, ses origines, son environnement, parce qu’il y a plein de sujets dont on peut parler. On peut prendre exemple sur Hollywood et Bollywood et voir où ces industries sont arrivées. Nous pouvons essayer de nous inspirer de leur savoir-faire pour progresser, mais il est très important de revenir a nos sources car nous avons beaucoup de sujets intéressants à aborder.”

Cette année, un fonds de soutien, le Sanad (soutien en arabe) a été créé à Abu Dhabi pour aider les films aux différents stades de leur production. Marie-Pierre Macia, productrice et programmatrice de renommée internationale, en a pris la direction. Les films des Emirats mais aussi de l’ensemble des pays arabes sont éligibles à ces aides.

“C’est important que le monde arabe puisse raconter ses propres histoires”, explique la directrice. “J’ai vu par exemple des courts de jeunes émiratis, et c’est quand même surprenant de voir ce qu’il peuvent dire. On n’entend pas ça, on ne voit pas ça, c’est nouveau, et c’est un peu la même chose dans le monde arabe. C’est moins nouveau pour le monde arabe, mais quand même, sur la scène internationale, ce n’est pas quelque chose dont on a vraiment l’habitude, entendre toutes ces histoires…”

Depuis sa crétion, le SANAD a déjà aidé plusieurs long-métrages de langue arabe, dont le premier film de l‘émirati Saeed Salmeen Al Murry, “Sun Dress”, l’histoire tragique d’une femme …
Lors de la Première du film, le public a répondu présent devant cette nouvelle offre, loin des canons d’Hollywood ou de Bollywood.

Les Emirats ont donc décidé de se donner les moyens de créer et développer une industrie du cinéma, et de produire des films qui puissent dépasser leurs frontières et trouver leur public au sein du monde arabe.

http://www.abudhabifilmfestival.ae/