DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise des ordures à Naples dans l'impasse

Vous lisez:

La crise des ordures à Naples dans l'impasse

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement Berlusconi est toujours empêtré dans la crise des ordures à Naples. En charge du dossier, le chef de la protection civile a tenté d’apaiser la situation. Il a proposé de suspendre l’ouverture contestée d’une nouvelle décharge à Terzigno, le temps de donner de nouvelles garanties sur la protection de la santé des riverains et l’environnement.
Mais les élus locaux et les habitants de Terzigno ont rejeté cet accord. Ils ne croient plus aux promesses de l’Etat et sont excédés par l’actuelle décharge qui arrive à saturation. 
“Nous sommes frappées par des tumeurs cancéreuses”, s’insurge une habitante de Terzigno. “Et puis il y a aussi cette odeur sordide 24 heures sur 24”.  
La décharge de Terzigno se situe à une vingtaine de kilomètres de Naples. Depuis plusieurs jours, des milliers de tonnes de détritus s’amoncellent dans la troisième ville d’Italie. Ici, la gestion des ordures ménagères, entravée par le clientélisme politique et les intérêts de la mafia, est un problème récurrent. Une crise gênante pour Silvio Berlusconi qui a promis depuis bien longtemps de trouver une solution.
 
 
s’est rendu sur place. Il a annoncé des mesures censées apaiser la situation.
Ainsi l’ouverture contestée d’une nouvelle décharge près de la commune de Terzigno a été suspendue. De nouvelles garanties pour protéger la santé et l’environnement doivent être données. Par ailleurs, des analyses sanitaires doivent être menées sur le site de l’actuelle décharge qui arrive à saturation.
Les riverains, eux, sont excédés :