DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des historiens font tomber le mythe de la diplomatie "propre" sous l'Allemagne nazie

Vous lisez:

Des historiens font tomber le mythe de la diplomatie "propre" sous l'Allemagne nazie

Taille du texte Aa Aa

“Le pouvoir et le passé”, c’est le titre d’une étude qui donne un tout autre regard sur le ministère allemand des Affaires étrangères sous l’Allemagne nazie. Depuis 1945, il était sorti blanchi après être passé plusieurs fois au crible. Puis en 2005, le chef de la diplomatie de l‘époque, l‘écologiste Joschka Fischer a mis en place une commission indépendante d’historiens. Leur ouvrage sera officiellement publié jeudi.

“L‘étude montre qu‘à partir de 1933 le ministère des Affaires étrangères était impliqué dans les politiques violentes du nazisme, indique Eckart Conze qui fait partie de cette commission. Le ministère a participé activement à la persécution et au meurtre des Juifs européens. On peut confirmer que c‘était une organisation criminelle.”

Joschka Fischer a déclaré au Spiegel que la lecture de l’ouvrage des historiens, l’avait “rendu malade”. Guido Westerwelle, qui est aux commandes du ministère depuis octobre 2009, a souligné de son côté qu’il y avait des “révélations choquantes dans cette étude. Elle révèle notamment que des diplomates de haut niveau étaient impliqués dans la dictature et les crimes du IIIème Reich”.

Selon les historiens, des chanceliers allemands de l’après-guerre ont facilité les carrières de diplomates au passé nazi en les nommant dans des pays arabes ou latino-américains.

Avec AFP et Reuters