DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections américaines : Barack Obama tente de mobiliser son électorat

Vous lisez:

Elections américaines : Barack Obama tente de mobiliser son électorat

Taille du texte Aa Aa

Porté au pouvoir sur des slogans de changement, deux ans plus tard, Barack Obama doit se battre contre la déception.
S’il veut amortir les pertes que les sondages pronostiquent aux démocrates le président américain doit remobiliser une grande partie de son électorat notamment la classe moyenne touchée de plein fouet par la crise économique. “Ne vous leurrez pas, si l’autre camp l’emporte, il passera les deux prochaines années à se battre pour les mêmes politiques qui ont mené à cette récession. Les mêmes politiques qui ont laissé derrière les classes moyennes pendant une décennie. Les mêmes politiques contre lesquelles nous nous sommes battus si farouchement en 2008”.

Barack Obama sait qu’il sera jugé sur son bilan économique. Ayant hérité de la pire crise de l’histoire américaine depuis la Grande Dépression, le président présente pourtant un bilan législatif respectable. Malgré tout il peine à convaincre.

Sur le plan économique, Obama a tenu toutes ses promesses : à savoir mieux encadrer et réglementer Wall Street tout en mettant en oeuvre un plan de relance de 814 milliards de dollars.
Mais le taux de chômage reste élevé touchant 9,6% de la population active.
Le président démocrate a aussi tenu sa promesse de réformer l’assurance maladie qui a été élargie a 32 millions d’Americains. Mais cette réforme est mal perçue car incomprise par une majorité de la population. D’ailleurs une vingtaine d’Etats réfutent en justice la constitutionnalité du texte.

L‘ère des réformes ambitieuses de Barack Obama semble révolue. Tous les experts s’accordent sur la perte d’influence des démocrates dans le domaine législatif. “Un certain nombre de conservateurs Républicains, membres du Tea Parti qui est l’aile ultra conservatrice des Républicains vont se faire élire, et la Chambre qui était l’une des plus progressiste va devenir une chambre qui représente un certain nombre de secteurs de droite du Parti Républicain”, explique Jennifer Palmieri analyste au Center for American Progress.

Le pire scénario serait celui vécu par Bill Clinton en 1994, lorsque les Républicains ont pris le contrôle des deux chambres du Congrès.
“Si il est malin, il va commencer à regarder ce que Bill Clinton a fait en 1994. Clinton a vite réalisé que pour arriver à se faire réélire, il devait travailler avec l’autre côté”, indique l’ancien conseiller de George W. Bush, Bradley Blakeman

Toute la question est de savoir si Barack Obama en sera capable. Il n’a jusqu‘à présent révélé aucun talent particulier pour amadouer ses adversaires.