DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Van Rompuy : la force discrète

Vous lisez:

Van Rompuy : la force discrète

Taille du texte Aa Aa

Le président du Conseil européen ne veut pas modifier les traités de l’Union pour stabiliser l‘économie de la zone euro. Herman Van Rompuy préfère appliquer les mesures adoptées en mai dernier pour contrecarrer la crise, même si cela suppose une différence de traitement entre Etats membres jusqu‘à l’expiration de ces règles, prévue en 2013.

Réputé pour sa discrétion, l’ancien chef du gouvernement belge a accepté de répondre aux questions d’euronews.

“Les différentiels des taux d’interêts sont des différentiels, à notre avis, temporaires. Une fois que la confiance sera restaurée dans certains pays le spread, la différence entre les taux d’interêts d’un certain pays (en l’occurence les taux d’interêts allemands) va diminuer. Mais il faut que cette confiance soit rétablie au préalable. Une confiance qui ne sera pas rétablie si l’on ne voit pas les résultats tangibles sur le plan économique et sur le plan budgétaire. Les marchés attendent des résultats. Par exemple, pour la Grèce les premiers résultats sont bons. Les évaluations de la Commission européenne, de la Banque Centrale Européenne, et du Fonds Monétaire International sont positives. Mais il faut continuer l’effort et c’est un effort qui durera encore deux ou trois ans”, confie le président du Conseil.

A la veille d’un sommet européen crucial pour l’avenir économique des 27, Herman Van Rompuy a livré son point de vue à euronews. Retrouvez l’entretien dans son intégralité dès mercredi soir, à partir de 21h45.