DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentat d'Istanbul: le PKK en première ligne des suspects


Turquie

Attentat d'Istanbul: le PKK en première ligne des suspects

L’attentat-suicide commis hier à Istanbul n’a pas été revendiqué, mais les autorités turques soupçonnent les séparatistes du parti des travailleurs du Kurdistan d‘être à l’origine de l’attaque. Primo parce que l’attaque est survenue le jour où expirait un cessez-le-feu unilatéral d’un mois décrété par le PKK. Secondo, parce que les techniques utilisées portent la signature des séparatistes kurdes.

Même si les enquêteurs n’excluent pas la piste de l’extrême-gauche, pour la presse turque, comme pour cet habitant de la capitale, il n’y a pas de doute:

“Nous ne capitulerons jamais face à de telles attaques et ils ne gagneront jamais de cette façon. Les séparatistes devraient se battre pour leurs droits d’une manière plus démocratique. Ils ne pourront pas y arriver en tuant des gens innocents.”

Le kamikaze qui s’est fait exploser ce dimanche sur la place Taksim, l’un des lieux publics les plus fréquentés d’Istanbul, a blessé 32 personnes, dont 15 policiers. Les forces de l’ordre étaient la cible.

Le PKK a promis une déclaration sur la fin du cessez-le-feu et l’attentat dans la journée.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Al Qaïda revendique l'attaque d'une église de Bagdad