DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les principaux points de la coopération militaire entre Paris et Londres

Vous lisez:

Les principaux points de la coopération militaire entre Paris et Londres

Taille du texte Aa Aa

Cette coopération sans précédent entre la France et le Royaume Uni, c’est d’abord l’occasion de faire des économies à tous les étages.

Londres a récemment décidé une baisse de 8% en quatre ans du budget des armées. Et Paris veut supprimer 54.000 postes d’ici 2016.

Dans ce contexte, le Royaume Uni et la France vont mutualiser matériels, recherches et hommes : l’un des 17 accords prévoit d’ailleurs une force conjointe non-permanente sur terre, mer et dans les airs. Des exercices combinés démarreront dès 2011.

Dans le domaine du nucléaire, les deux puissances s’engagent sur 50 ans. Deux laboratoires, l’un en France et l’autre en Angleterre, permettront aux ingénieurs de simuler le fonctionnement des arsenaux nucléaires… Mais pas question de toucher à la sacro-sainte indépendance des forces de dissuasion des deux pays.

Sur le plan matériel : Londres et Paris mettent leurs équipements en commun. Partage et interopérabilité des porte-avions : Londres compte notamment sur le Charles-de-Gaulle.

Un accord avec Airbus sera également signé pour l’utilisation de l’avion de transport militaire l’A400M avec entretien des appareils et formation des pilotes mutualisés.

Pour ce qui est de la partie recherche et développement : là encore des moyens en commun avec une enveloppe annuelle de 100 millions d’euros financée à égalité par les deux gouvernements.

“Mutualisation”, “interdépendance”, “coopération accrue”… quels que soient les termes utilisés, les parties l’assurent : la souveraineté des deux pays reste garantie…