DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : Briguer un poste de député, un parcours du combattant

Vous lisez:

Egypte : Briguer un poste de député, un parcours du combattant

Taille du texte Aa Aa

Moins d’un mois avant les législatives du 28 novembre, des centaines de personnes tentent de s’inscrire au ministère de l’Intérieur, dans l’espoir de décrocher l’un des cinq cent huit sièges du Parlement. La liste officielle des candidats ne sera connue que le 14 novembre, soit deux semaines avant le scrutin.

“Ils n’apprennent rien de leurs erreurs, les mêmes erreurs engendrent le chaos”, explique le candidat du parti de la paix Nabil Al-Wahsh, “même si ces élections sont un peu mieux organisées que les précédentes.”

Soixante-quatre sièges sont réservés à des femmes qui s’inscrivent dans un bureau séparé de celui des hommes.

Les Frères musulmans ont décidé de participer au scrutin. Le principal parti de la minorité islamiste égyptienne accuse néanmoins les autorités d’empêcher plusieurs de ses candidats de s’inscrire. Officiellement, les formations religieuses ne peuvent se présenter aux législatives, mais les Frères musulmans affirment présenter des candidats indépendants.

Explication de notre correspondant au Caire Mohamed Elhammy : “Alors que les candidats remettent leurs dossiers à l’administration, la tension monte entre partis de l’opposition. Certains s’interrogent sur l‘équité du scrutin, d’autres refusent d’y participer. Le parti au pouvoir estime quant à lui que ces élections sont un nouveau pas vers la démocratie”.