DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections américaines : quelles conséquences ?

Vous lisez:

Elections américaines : quelles conséquences ?

Taille du texte Aa Aa

Stephan Grobe, Euronews : “Nous allons parler des conséquences de ces élections avec Charles Kupchan, professeur à l’Université de Gerorgetown, avec nous depuis Washington. Tout d’abord, est-ce qu’il y a quelque chose qui vous a surpris dans ce scrutin ?”

Charles Kupchan : “Les résultats n’ont pas vraiment divergé par rapport à ce qu’ont prédit les sondages. Les Républicains devaient remporter la Chambre des représentants. Ils l’ont fait. Les démocrates conserver le Sénat, ils l’ont fait. La question clef c’est à présent comment le président et comment les Républicains vont faire avec un pouvoir divisé. Est-ce qu’ils vont se réunir et essayer de gouverner ensemble un pays qui a désespérément besoin d’une bonne gouvernance ou la situation va-t-elle être bloquée jusqu‘à l‘élection de 2012 ?”

Stephan Grobe, Euronews : “Les votes exprimés mardi ont constitué un référendum contre Washington, contre le président Obama et la politique du statu-quo. Dans quelle mesure s’est-il agit d’un soutien à la politique républicaine ?”

Charles Kupchan : “Je dirais que ce vote a vraiment été davantage un vote de protestation qu’un vote pour un agenda politique républicain bien défini. Quand Obama a gagné, tout le monde a dit que les Démocrates allaient être en position dominante pendant des années. Et maintenant on entend déjà que les Républicains ont repris le pays. Je pense que ce que l’on constate, c’est une Amérique profondément divisée. Un jour, les centristes votent pour les Démocrates, le jour d’après, ils votent pour les Républicains. D’ici 2012, le vent aura peut-être encore tourné.

Stephan Grobe, Euronews : “le probable président de la Chambre des représentants, John Boehner va se trouver à un des postes les plus difficiles à Washington, car les Républicains devront agir. Est-ce qu’ils ont un vrai plan ou est-ce qu’il s’agit juste de faire couler la barque d’Obama ?”

Charles Kupchan : “C’est trop tôt pour le dire. Il faut voir ce que les Républicains vont faire de leur domination à la Chambre des représentants. Je pense qu’on peut dire que jusqu‘à présent, les Républicains ont été le parti du “non”. Ils n’ont pas montré et articulé une vision claire, et le Tea party non plus. Donc on ne sait pas vraiment ce qu’ils nous réservent. Ce qu’ils ont dit clairement c’est qu’un de leur but est de s’assurer que le président Obama ne fera qu’un mandat. Ca ne présume rien de bon. Ca suggère que l’on peut s’attendre à ce que les Républicains jouent les trouble-fête, et qu’ils ne cherchent pas un terrain d’entente avec la Maison Blanche. Encore une fois, il est trop tôt pour le dire, mais je crains vraiment une période de blocage et non pas une coopération entre deux partis”.

Stephan Grobe, Euronews : “vous avez mentionné le mouvement du Tea Party. Certains éditorialistes les considèrent comme des ignorants. Est-ce que le Tea Party aura un impact sur les politiques dans les deux ans à venir ?”

Charles Kupchan : “Indéniablement, oui. Je veux dire qu’on a vu certains candidats du Tea Party bien réussir, on a vu les effets du Tea Party sur l’agenda républicain. Et le Tea Party ne vient pas de nulle part, ils viennent d’une longue tradition de la politique américaine qui est le mouvement libertarien, un mouvement qui voit le gouvernement comme une entité qui doit être limitée”.

Stephan Grobe, Euronews : “dernière question : Est-ce que cette nouvelle donne politique va changer quelque chose au niveau international ?”

Charles Kupchan : “la principale conséquence de cette élection c’est qu’Obama aura plus de difficulté à agir, à l’intérieur du pays comme à l‘étranger. Il aura les mains liées au Sénat concernant le contrôle des armes. Il n’aura pas la même liberté d’action qu’avant par rapport à la Russie, à Cuba, au Proche-Orient à cause de l’opposition des Républicains. Donc je dirais que le principal message aux Européens et aux autres, c’est qu’il pourrait y avoir un certain vide politique globalement dans les deux ans à venir”.