DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

João Vale de Almeida : "le message des Européens à Obama sera un message d'engagement et de confiance"

Vous lisez:

João Vale de Almeida : "le message des Européens à Obama sera un message d'engagement et de confiance"

Taille du texte Aa Aa

Frédéric Bouchard, euronews : “L‘économie des Etats-unis va mal et peine à redécoller alors même que l’Union européenne, tirée par l’Allemagne, renoue, certes timidement, mais renoue quand même avec la croissance.
Monsieur Joao Vale de Almeida, vous êtes l’ambassadeur de l’Union européenne aux Etats-Unis. Le 20 novembre prochain se tiendra à Lisbonne le Sommet Union Européenne – Etats-Unis. Le président Obama arrivera politiquement affaibli à Lisbonne. Quel sera le message des Européens au Président Obama ?”

João Vale de Almeida : “Bonjour, je crois que le message essentiel des Européens sera un message d’engagement et un message de confiance. Engagement dans les rapports transatlantiques, c’est quand même la relation la plus importante pour l’Europe, mais aussi pour les Etats-Unis, et confiance dans notre capacité à, ensemble, trouver de bonnes solutions.”

Frédéric Bouchard : “Donc a priori aucune inquiétude de votre côté sur les relations transatlantiques au vu de ce revers électoral ?”

João Vale de Almeida : “Non, écoutez, vous savez, il y a des évolutions politiques au sein des pays de l’Union, comme il y en a aux Etats-Unis, il faut respecter le jeu démocratique. Moi, je suis confiant dans le fait que les deux principales formations politiques américaines, démocrates et républicains, partagent l’essentiel de cet intérêt, de cet investissement dans la relation transatlantique.”

Frédéric Bouchard : “La politique d’un dollar faible semble être le choix de l’administration américaine, l’Union européenne peut-elle vraiment envisager une approche concertée avec les Etats-Unis sur le plan monétaire et économique, l’euro semblant être pour les Etats-Unis la monnaie d’ajustement ?”

João Vale de Almeida : “Nous avons depuis le début de la crise en 2008, développé une coopération très étroite avec les Etats-Unis. Il faut vous rappeler que ce sont l’Europe et les Etats-Unis qui ont été ensemble à l’origine du G20, et le G20 est le principal instrument de gestion des conséquences de la crise économique et financière. Nous discutons de sujets difficiles, complexes, je ne nierai pas la complexité des questions monétaires par exemple, mais je crois qu’il n’y a pas d’alternative. Il faut discuter pour trouver des approches communes ; il faut aussi essayer ensemble, Européens et Américains, de bien comprendre la place des nouveaux pays émergents, et d’essayer ensemble de trouver de bonnes voies de coopération avec des pays comme le Chine par exemple.”

Frédéric Bouchard : “Avec une majorité réduite à neuf sièges au Sénat et une Chambre des Représentants acquise aux Républicains, il apparaît désormais peu probable que le Président Obama puisse faire adopter une loi sur le changement climatique… L’Union européenne a-t-elle les moyens d‘être leader dans ce domaine sans les Etats-Unis ?”

João Vale de Almeida : “Nous croyons qu’il faut des efforts de tous les acteurs internationaux, particulièrement des économies les plus importantes, soient-elles industrialisées et développées comme les nôtres, soient-elles des économies émergentes comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. Je crois que dans ce contexte il faut de l’engagement, il faut de l’investissement politique, et il doit venir avant tout des Européens et des Américains de façon à entraîner vers des solutions équilibrées les pays émergents.”

Frédéric Bouchard : “Certes, mais a priori cet engagement que vous évoquez viendra peut-être de l’Union européenne mais pas des Etats-Unis, du moins pas avec la majorité actuelle Congrès…”

João Vale de Almeida : “Ecoutez, moi, je ne veux pas faire de jugement précipité sur le cadre politique américain, il ne m’imcombe pas de le faire, mais il y a une responsabilité que tout homme politique ou femme politique doit assumer face aux défis mondiaux, et le changement climatique est un des principaux défis auxquels sont confrontés nos sociétés. Donc je crois qu’il y a un débat qu’il faut poursuivre y compris avec le nouveau Congrès, et nous sommes très engagés avec l’actuel Congrès et nous le serons avec le futur Congrès, la nouvelle majorité. J’ai des rencontres prévues avec des représentants de la future majorité républicaine, je crois qu’il faut poursuivre cet engagement avec détermination.”