DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Terminus pour le "train de l'enfer"

Vous lisez:

Terminus pour le "train de l'enfer"

Taille du texte Aa Aa

Le voyage a été pour le moins mouvementé mais le train spécial chargé de déchets radioactifs est arrivé à son terminus, la ville de Dannenberg dans le nord de l’Allemagne.

Ultime destination maintenant et par la route, l’ancienne mine de sel de Gorleben. Six conteneurs ont déjà été chargés sur des camions. Il en reste autant à transvaser.

Le “train de l’enfer”, comme certains l’ont baptisé, est parti vendredi de Normandie en France. Confronté à des actions répétées de militants écologistes acharnés, son itinéraire initial a dû être modifié.

Le transbordement pourrait durer jusqu‘à une quinzaine d’heure, car rien n’est terminé, les anti-nucléaires entendent retarder jusqu’au bout l’arrivée des conteneurs à Gorleben. Ils restent mobilisés pour gêner l’acheminement des 123 tonnes de déchets nucléaires vers le site de stockage.

Ces activistes vont donner encore du fil à retordre aux quelques 20 000 policiers mobilisés en Allemagne pour protéger ce 12ème convoi du genre. Les policiers qui ont jusqu‘à maintenant délogé les militants résistants à coup de matraques, de gaz lacrymogènes et de canons à eaux.