DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sahara Occidental: le plus vieux contentieux territorial d'Afrique

Vous lisez:

Sahara Occidental: le plus vieux contentieux territorial d'Afrique

Taille du texte Aa Aa

L’imbroglio que constitue le Sahara Occidental remonte à 1975, lorsque le Maroc y envoie 350 000 de ses resortissants. La “Marche Verte” symbolise l’annexion de ce territoire que l’Espagne, alors puissance administrative, vient de cèder unilatéralement au Maroc et à la Mauritanie. Le problème c’est que Madrid n’a pas le pouvoir legal de le faire et encore moins de céder la souveraineté, qu’elle ne possède pas.

L’annexion marocaine est contestée par le Front Polisario qui proclame, de son coté, la République Arabe Sahraoui Démocratique le 27 février 1976. La date est fêtée tous les ans, comme ici à Tifariti. Après 16 années de guérilla, un cessez le feu est signé en 1991, sous les auspices de l’ONU.

Depuis, la partie nord et ouest du Sahara Occidental est sous le contrôle du Maroc, et la partie est, frontalière avec la Mauritanie et l’Algérie, est contrôlée par le Front Polisario.

Les efforts de l’ONU pour trouver une issue au litige n’ont jamais portés leurs fruits. Les deux parties, Polisario et autorités marocaines, n’ont pas pu se mettre d’accord sur le recensement des électeurs ayant droit à voter dans un réferendum d’autodétermination.

En 2007, le Conseil de sécurité de l’ONU appelle les deux parties à des négociations directes, sans conditions, pour arriver à une solution juste et durable.

Depuis, le Maroc et le Polisario se sont réunis 4 fois, pour des négociations directes et formelles à Manhasset, dans la banlieue de New York. Mais aucune avancée concrète n’a eu lieu, dans d’autres rencontres informelles en 2009 non plus, et ce malgré la pression internationale pour règler ce litige alorsqu’ Al Qaida s’enracine dans la region.

Les positions sont bloquées. Le Maroc refuse de parler d’autre chose que d’autonomie pour le Sahara Occidental. Rabat revendique la souveraineté du territoire sur des base historiques,
et refuse de soumettre le réferendum d’autodétermination que veut proposer le Polisario aux sahraouis pour qu’ils choisissent entre indépendance, autonomie ou intégration.